La FFF interdit aux agents chargés de la VAR de regarder Netflix durant les matchs de la Ligue 1.

Alors que la VAR (Video Assistant Referee), l’arbitrage vidéo, fait son entrée dans les matchs de Ligue 1-Conforama, payez en 4 fois sans frais, la Fédération française de football a lancé un message, riche de sens, à tous les agents en charge de contrôler les actions litigieuses de notre inégalable championnat hexagonal.

Après avoir subi de nombreuses critiques, la VAR, l’assistance vidéo, a épaulé les arbitres des quatre coins de la France, lors de la première journée du championnat. “Au lieu de gueuler contre l’arbitre, tu hurles en direction des arbitres chargés de la VAR. Mais comme ils sont dans des bureaux, on est obligé de crier plus fort pour qu’ils nous entendent les insulter. Apparemment, ils nous entendent, car on les voit nous répondre, à travers les vitres de leurs fenêtres. Ils nous font des doigts d’honneur”, précise l’entraîneur d’un petit club de Ligue 1-Conforama, payez en 4 fois sans frais.

“Une habitude professionnelle”

Mais les entraîneurs ne sont pas les seuls à critiquer les agents en charge de la VAR. “Nous n’avons pas le statut d’arbitres. Nous, les personnes en charge de la VAR, nous sommes tous diplômés d’écoles de cinéma. Les arbitres ne pigent rien aux logiciels vidéo. On a bien essayé de leur expliquer, mais ils regardaient que nos pieds durant les formations. Une habitude professionnelle, sûrement, de la part de ces arbitres, que de chercher le ballon et aussi de surveiller les tacles et autres gestes anti-jeu, faits avec les pieds. Nous, les agents en charge de la VAR, nous sommes tous des intermittents. Nous sommes nettement moins bien payés que les joueurs, mais ça nous fait quand même des sous en plus de travailler pour le championnat de France de football. Ça nous permet de régler nos retards de loyer. Tous les intermittents du spectacle sont en retard dans leurs loyers, c’est connu”, confie un intermittent en charge de la VAR.

“Pas techniquement réalisable”

La FFF a poussé un coup de gueule contre les intermittents. Elle leur demande, officiellement, de ne plus regarder Netflix, durant les matchs de la ligue. “La FFF reconnaît que le championnat français n’est pas le plus affriolant de la planète, mais ce n’est pas une raison. Nous demandons que les agents en charge de la VAR cessent de visionner Netflix durant les matchs de Ligue 1-Conforama, payez en 4 fois sans frais. C’est soit ça, soit que Netflix diffuse des programmes de moins bonne qualité. Mais il ne faut pas rêver, ils n’ont que de superbes séries. Donc, il faut aussi respecter nos joueurs, dont la majorité est payée une misère, qui se coltinent des matchs contre des joueurs pires qu’eux. Ici, c’est la France, ce n’est ni les magnifiques championnats espagnol, anglais, italien ou allemand. Nous avons bien pensé bloquer l’accès à Netflix, aux réseaux sociaux et aux sites pornographiques, mais un agent de la VAR nous avait dit que cela n’était pas techniquement réalisable. Il faudrait que cela se fasse depuis la Silicon Valley. Nous, à la FFF et à la ligue, nous n’y connaissons rien en informatique. Les agents en charge de la VAR ne sont pas de mauvais bougres, ils sont très gentils et aimables. Ils nous disent bonjour, nous sourient à pleines dents et aussi, ils rigolent après notre passage, par signe de sympathie”, précise un cadre de la Fédération française de football.

“Les seuls à s’emmerder ?”

Les arbitres sont partagés au sujet de la décision de la Fédération française de football, de prohiber la diffusion de Netflix dans les salles d’arbitrage. Certains sont pour la suppression des programmes de Netflix dans les pièces, où se situe la VAR. “Nous, on se fait chier sur les terrains, à regarder des buts du nez ou des demi-volées du tibia. Pourquoi pas ceux de la VAR aussi ?. Ils passent du bon temps dans leurs salles avec climatisation et petits-fours, à regarder la télé et nous, on serait les seuls à s’emmerder ?”, demande un arbitre. Mais d’autres prônent l’apaisement. “Qu’on ne contrarie pas les intermittents. Grâce à la VAR, nous, arbitres, nous avons vu le nombre d’insultes à notre encontre baisser de 80%, dès les deux premiers matchs du championnat. Qu’ils (intermittents de la VAR) regardent Netfix (Netflix, ndlr) et tous les programmes qu’ils veulent. Je préfère ça, plutôt qu’ils s’endorment lors de certaines rencontres ennuyantes de notre Ligue 1. Déjà, que nous, les arbitres, on est obligé de prendre 20 cafés pour ne pas somnoler sur la pelouse. Alors si on enlève Netfix (Netflix, ndlr) aux intermittents qui s’y connaissent en matériel vidéo, on est foutu. Que la FFF laisse les gens de la VAR tranquille”, recommande un arbitre français.

 

 

 

 

Crédit-photo : jgryntysz, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.