« Je ne suis pas resté 40 mois dans les tranchées de 14-18 pour fêter les réveillons de Noël et du Jour de l’An dans une cuisine, sacré nom d’une prothèse de la hanche », prévient Eugène, vigoureux retraité.

Pour fêter Noël en famille, nombreuses sont les personnes prêtes à mettre de côté les conséquences d’une contamination au coronavirus.

Partager.
Lire la suite
lejournalnews.com