L’écologiste violé par un ours est sorti du coma.

Même face à un ours endormi de 3 tonnes, un drame n’est jamais loin. Jules, écologiste depuis peu, en a fait la douloureuse expérience.

Le drame s’est produit dans les Pyrénées centrales. Jules, 55 ans, écologiste depuis trois jours et adhérent, depuis 48 heures, de l’association Libérons les ours, se promenait tranquillement en montagne. Pour accomplir son devoir de citoyen, il ramassait les détritus laissés par les promeneurs non respectueux de l’environnement. Mais la vue d’un ours de près de 3 tonnes va bouleverser sa paisible promenade champêtre, ainsi que son anatomie.

“Les animaux ont une sensibilité, c’est évident”

Jules a toujours eu un amour illimité pour la nature, l’environnement, les animaux et surtout les ours. “Je n’aurais pas dû le suivre d’aussi près et surtout je n’aurais pas dû le caresser pendant qu’il dormait. Mais il me rappelait tant mon nounours marron étant petit. Il a les mêmes oreilles que mon ourson Roro. Je ne lui en veux pas. Je défendrai encore les ours et les animaux. Il ne sait pas ce qu’il a fait. Ce n’est qu’un animal, donc il ne se rends pas compte de ses actes. Les animaux ont une sensibilité, c’est évident. Cet ours a une sensibilité assez fougueuse, dirons-nous. Mais les animaux ont-ils une conscience ?. C’est ce que j’ai dis quand les services de la Commune ont voulu l’euthanasier”, nous révèle Jules.

L’ourson Roro du malchanceux ami des ours Jules.

Photo : pxhere, cc0.

 

Finalement, l’ours n’a pas été tué. Bien au contraire, la Délégation interrégionale à la chasse, après une analyse hormonale sanguine, lui a apporté une dizaine de compagnes, venues tout droit des montagnes autrichiennes. L’ours impétueux était en rut et avait des taux hormonaux en testostérone et œstradiol impressionnants, du jamais vu chez un animal. Les taux hormonaux sexuels mesurés sont proches des taux moyens d’acteurs professionnels de films pour adultes.

Après 24 mois de coma, le curieux, mais très imprudent, promeneur s’est réveillé et regarde paisiblement la chaîne animalière sur la télé de sa chambre d’hôpital.

 

 

 

Crédit photos principale : pxhere, cc0.

 

 

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.