JO Paris 2024 : la mixologie (préparation de cocktails), nouvelle discipline olympique !

L’élégant comité des JO Paris 2024 a décidé d’ajouter une touche locale à ce qui promet d’être les jeux les plus chics et raffinés de tous les temps, selon un organisateur.

Ainsi, en plus de la pittoresque course des garçons de café, la préparation de cocktails figurera dans la longue liste des épreuves olympiques. « Ils ont rajouté de la picole aux Jeux olympiques, ça va offrir du spectacle et ça va mettre de l’ambiance, certes, mais je l’ai quand même en travers de la gorge. Et qu’on ne vienne pas me dire que je suis soupe au lait », prévient un karatéka qui, bon gré mal gré, a visiblement réussi à mettre de l’eau dans son vin après la disparition du karaté du menu des disciplines olympiques.

En plus du traditionnel défilé des athlètes olympiques, des parades auront lieu dans les dizaines de rues de la soif que compte la capitale, mais aussi dans les milliers de province. « Ces couillons (fêtards, ndlr) vont encore trouver un prétexte pour faire la fête jusqu’à pas d’heure. J’aurais pas dû emménager ici. Pourtant, le nom de ma rue ne prédestinait pas à la nouba toutes les nuits », soupire un riverain de la rue des canettes, dans le populaire 6ème arrondissement de la capitale.


 » Mon sponsor, c’est le bar où je vais après le travail »

Amateurs et professionnels passionnés d’habiles alliances alcooliques du monde entier s’inscrivent aux épreuves qualificatives qui s’organisent peu à peu à travers les quatre coins du globe.

« J’ai été qualifiée de peu au tournoi qu’a organisé ma ville pour nous entraîner. Heureusement que je me suis rappelé de la bonne dose de lait de coco dans le Blue Hawaiian. J’ai failli y verser 2cl au lieu de 4. Je l’ai échappée belle », explique une trentenaire, férue de cocktails, qui compte bien se qualifier à l’épreuve de qualification de mixologie des Jeux olympiques de Paris 2024. « Moi, j’ai mis de la coriandre à la place du basilique dans le Gin Basil Smash que j’avais préparé. J’espère me rattraper lors de la deuxième manche. Tous les barmen et les barmaids partent favoris. Normal, ils ont de la bouteille, ces petits cons. Les barmaids et les barmen, en plus de se taper les clientes et les clients après le boulot, ils sont grands favoris aux JO de Paris en 2024, les enfoirés. Mais je vais m’accrocher. Et puis, je me suis déjà engagé et j’ai pris une avance de picole auprès de mon sponsor, c’est le bar où je vais après le travail. Quand le vin est tiré, il faut le boire, non ? « , demande un affable et motivé pilier de bar.

« Mes adversaires boiront la tasse ! »

« De la soupe champenoise au Spritz, en passant par des dizaines de milliers de combinaisons à base de rhum, de whisky qu’il soit irlandais, écossais, américain, japonais, français, suisse, suédois ou de je ne sais où, sans oublier les combinaisons de scotch, de bourbon, de vermouth, de cognac, de gin, de vodka, de tequila, de cachaça, de pastis, d’absinthe, de champagne, de vin, de porto, et même de bière ou de pastis, sans omettre toutes les bitters, les liqueurs et eaux-de-vie possibles et imaginables : je maîtrise absolument tous les cocktails, de la préhistoire à l’heure d’avant. Je suis au top, j’te dis ! J’irai aux Jeux olympiques de Paris pour tout rafler ! J’en ai l’eau à la bouche ! Mes adversaires boiront la tasse ! », prévient un participant.

« Les JO en plein Paname, c’est pas de la petite bière… »

« Paris, c’est la Tour Eiffel, l’élégance, les boutiques de luxe, la verdure en pleine ville, la propreté, mais Paris, c’est aussi tous nos typiques bistrots, nos populeux bars, nos art-déco brasseries, nos animés pubs, nos gastronomiques restaurants et nos dansantes discothèques (clubs, ndlr), certes. Cependant, il fallait également incorporer un zeste de folklore, sacré nom d’un verre de flotte du robinet facturé 8 euros en terrasse de café. Et puis, ici, c’est la ville lumière. Les JO à Paname, c’est pas de la petite bière », confie un chargé de mission de l’Office de Tourisme de la capitale tout en sabrant une bouteille de champagne.

« Tournées de chouchen en veux-tu en voilà… »

Le tournoi olympique de mixologie débutera le samedi 27 juillet 2024. Les épreuves se dérouleront un peu partout à Paris et en proche banlieue. « Il paraît que la finale n’aura pas lieu chez nous. Les ingrats ! Quand je pense aux tournées de chouchen en veux-tu en voilà que je leur ai offert à ces prétentieux de snobinards (parisiens, ndlr). Au moins, il y aura une demi-finale dans notre territoire, c’est toujours ça de pris, se console, mi-figue, mi-raisin, un sympathique breton. Allez le journaliste, termine ton verre, je te ressers. Ne dis pas non, ça me ferait de la peine. C’est offert de bon cœur, ma poule. Rassure-toi, on ne boira pas beaucoup. Il ne faut pas croire les légendes urbaines. En Bretagne, on ne picole pas comme des templiers. A nous deux, on siphonnera 3 ou 4 bouteilles, pas plus. C’est rien. Le maître-mot est modération. »

 

Crédit-photo : Max Pixel, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lejournalnews.com