Santé : une start-up vous permet de contracter une maladie pour obtenir un arrêt de travail officiellement reconnu.

La liste des maladies que propose une start-up innovante française pour permettre à sa clientèle de ne pas aller au travail est impressionnante.

Mis à jour.

Le principe et le mode d’utilisation se veulent simples et discrets. Grâce à une application, les salariés et demandeurs d’emploi pourront choisir entre 600 maladies officielles, dont les traitements figurent dans l’épais lexique Vidal des médecins.

Après le choix de la maladie désirée et le paiement, chaque client recevra, dans un courrier discret, des patchs à se coller directement sur la peau. Les temps de contamination varient entre 30 secondes, pour les maladies les plus dangereuses et 6 heures, pour les maladies les plus légères. “Avec notre catalogue, nos clients recevront un arrêt de travail officiel de la part de leur médecin traitant ou de l’intransigeante médecine du travail. Nous, nous donnons la maladie et c’est tout. Si demain, vous avez une réunion à laquelle vous ne voulez pas assister ou si vous voulez faire une pause sans toucher aux jours de congés qu’il vous reste, nos solutions sont les meilleures. Les maladies vont du simple petit rhume à la lèpre, en passant par la gastroentérite ou les coliques néphrétiques. L’éventail de nos solutions pour ne pas aller bosser est large et varié”, indique l’un des fondateurs de la start-up.

“Moi, j’ai un rendez-vous chez Pôle Emploi toutes les semaines. Avec ces patchs, je peux enfin souffler un peu. Bon, les effets de la maladie sont difficilement supportables, mais c’est quand même mieux qu’un entretien chez Pôle Emploi. C’est moins douloureux émotionnellement”, confie un demandeur d’emploi, atteint volontairement de la syphilis.

 

 

 

 

 

Crédit-photo : HansMartinPaul, pixabay, cc0.

 

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.