Les politiques français au chômage découvrent le RSA, Pôle Emploi et le SMIC.

Après les dernières élections présidentielles et législatives, les grands partis politiques français se trouvent face à une situation inédite sous la 5ème République.

Mis à jour.

Jusqu’ici, les hommes et les femmes politiques, une fois élus, faisaient carrière à vie en qualité de parlementaire, de maire ou de ministre. Mais suite à la déferlante En Marche, la politique ne constitue plus une rente professionnelle pour leurs élus.

“Vous êtes sûr que des gens arrivent à tenir un mois entier avec un RSA ?”

Ainsi, des centaines de parlementaires se sont retrouvés au chômage. “J’aurais dû réfléchir à deux fois avant d’écraser les autres membres de mon parti. Certains d’entre eux sont à LaREM, mais moi, En marche n’a même pas voulu enregistrer mon adhésion. Résultat, Pôle Emploi. J’y suis allé une fois en qualité de parlementaire, j’avais apprécié la visite. Mais il faut préciser qu’il y avait le champagne et les petits-fours. Mais quand on est chômeur, rien. Pas même un verre d’eau. C’est effarant. et vous avez vu le nombre de gens à faire la queue ?”, indique un ancien élu parlementaire. Il ajoute, “lorsque j’ai appris le montant que j’allais toucher en tant que bénéficiaire du RSA, j’ai pensé que c’était une blague de mauvais goût, mais en fait non. Vous êtes journaliste, n’est-ce pas ? vous parlez à des gens ?. Vous êtes sûr que des gens arrivent à tenir un mois entier avec un RSA ? Si oui, comment font-ils ? Déjà que j’ai rendu les clés de mon appartement du 8ème arrondissement de Paris. J’ai postulé pour un logement social, mais pas un seul dans le centre de la capitale. Vous vous rendez compte de ma situation ? Je ne vais pas vivre en banlieue quand même ?”.

“Si j’avais su, j’aurais proposé de fixer le SMIC à 2500 euros minimum”

Même son de cloche pour les anciens élus qui ont réussi à trouver un travail. “Je travaille, mais avec un SMIC. Comment peut-on vivre avec une somme aussi modique ?. Je comprends maintenant pourquoi il y avait des manifestations. Quand j’étais au gouvernement, on regardait les manifs à la télé, mais sans le son. On discutait entre nous. En fin de compte, on aurait dû mettre le son et entendre la grogne”, précise une ancienne ministre. “Si j’avais su, j’aurais proposé de fixer le SMIC à 4000 euros minimum. Avec 1188 euros, comment voulez-vous que j’aille au ski ou dans les îles ?”.

Mais nombreux sont les anciens élus en recherche d’emploi. Le parlement a d’ailleurs mis en place une cellule de reconversion dédiée aux politiques qui désirent s’insérer dans la vie réelle.

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.