La SNCF offrira un transat et un parasol, à Paris Plages, à chaque usager dont le train est annulé en gare Montparnasse.

Ce geste commercial, de la part de la SNCF, est salué par un grand nombre d’usagers. La vieille dame offre un transat à Paris Plages, ainsi qu’un parasol, à tous les voyageurs qui ont dû annuler leurs vacances à la mer, en raison de la panne électrique géante, survenue à la gare Montparnasse, à Paris.

Mis à jour. 29.07.18, 21h31.

 

Les usagers sont soulagés. Leurs vacances, qu’ils croyaient fichues, seront finalement “réussies, de justesse”, selon la SNCF.

“Une patience digne d’un professeur de yoga”

“Nos trains ne sont jamais à l’heure, c’est de notoriété publique, mais nous savons redonner le sourire à nos indulgents et surtout patients usagers. Moi, à leur place, j’aurais fait une crise d’hystérie, mais nos usagers, non. Oui, nous préférons employer le terme usager, plutôt que client. Quand on dit clients, les usagers se rappellent du fric qu’ils ont payé pour acheter leurs onéreux billets de train. Avec le terme usager, cela fait davantage penser au service public. Vous savez, cool le matin, pas trop vite l’après-midi, tranquille, zen, l’administration, quoi. Du coup, les voyageurs sont moins colériques. Mais en général, nos usagers font preuve d’une patience digne d’un professeur de yoga. Ils sont même plus calmes que nous, les fonctionnaires de la SCNF. Les fonctionnaires de la SNCF sont quand même les maîtres de la zénitude. Nous sommes bien payés, nous ne sommes pas rémunérés sur les objectifs. Heureusement, d’ailleurs, sinon on ne gagnerait pas 8.500 euros en moyenne chacun. Qu’un train parte ou ne parte pas, on a le même salaire. Donc, on ne va pas se ruiner la santé pour un retard de 72 heures. C’est quoi 72 heures dans une vie ? rien. On veut quand même profiter de notre retraite à 45 ans. C’est normal, non ?”, me demande un fonctionnaire de la SNCF.

“Ça sera Seine, Sex and Sun”

La SNCF a mis les petits plats dans les grands. Ses agents de gare ont mis en place des milliers de parasols dans les quais, vides de trains. “Nous avons disposé les parasols, en quantité suffisante, sur les quais. Pour les transats à Paris Plages, les réservations se font automatiquement, après inscription. Il faut bien que notre application internet serve à quelque chose. Là, avec la panne électrique géante, l’application ne sert plus à grand chose. Avant non plus, d’ailleurs. Entre les grèves et les retards devenus la norme, les gens n’avaient plus besoin de regarder leurs smartphones. Normal, ils étaient bloqués en gare, ces cons, devant les écrans de la SNCF affichant les départs théoriques des trains. Maintenant, il y a les départs théoriques et les départs pratiques. pareil pour les arrivées. De toute façon, maintenant, pas un seul train ne viendra dans les 30 prochains jours, minimum. Ce sont des travaux électriques, au niveau du transformateur. C’est comme chez vous. L’artisan vous dit que les travaux dureront une semaine par exemple, mais ça dure 4 mois. C’est pareil chez nous. Donc, là, on commence à offrir les transats et les parasols aux voyageurs. C’est incroyable la manière à laquelle les usagers réagissent face à ces indemnisations matérielles. Nos usagers retrouvent le sourire. Faute de Sea, Sex and Sun, ça sera Seine, Sex and Sun. Tout à coup, ils sont sereins et détendus. Alors que 2 minutes avant, ils étaient ronchons, angoissés, irrités, en colère, voire en pleurs. Tout d’un coup, ils ne pensent plus à leur train qui ne partira jamais, soit dit en passant. Ils ne pensent plus à leur hôtel qui leur a coûté une blinde et encore moins aux vacances au soleil qu’ils ont raté cette année. Ils prennent leur parasol et repartent à la fois soulagés et calmés. Direction Paris Plages, sans correspondance, sans retard prévu et surtout sans grève (rire)”, précise, avec humour, un agent de la SNCF.

“Ils seront remboursés dans un an”

Des milliers de parasols sont disposés sur les quais. Prêts à être utilisés à Paris Plages. Les voyageurs n’ont qu’à montrer leurs billets, devenus inutiles, à cause de la panne électrique géante, survenue à la gare Montparnasse à Paris. “Les gens ne le savent pas encore, mais dès qu’ils ont le parasol dans les mains, ils seront remboursés dans un an. C’est contractuel. En plus, on ne peut pas tout donner, sinon on met la clé sous la porte. Quand 80% de ton budget est versé en salaires et en avantages aux cheminots, il ne te reste plus grand chose pour la rénovation du matos, ni pour les dédommagements. Et puis, pour la SNCF, c’est pas rentable. Nous avons eu les parasols à très bas prix, mais ce n’est pas une raison. Les usagers sont contents et nous aussi. De toute façon, c’est RTE qui paiera. Ils font une très bonne affaire, eux aussi, chez la société d’électricité RTE, grâce à nous. Cela montre que nous ne sommes pas rancuniers à la SNCF”, se félicite un cadre de la SNCF, un transat à la main.

 

 

 

 

Crédit-photo : Sharat Ganapati, Flickr, cc by 2.0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.