Pollution – Paris : les autorités sanitaires demandent de ne pas avaler les particules polluantes de la taille d’un grain de sable.

En plus de réduite la vitesse lorsqu’ils sont au volant et de sortir le moins possible de chez eux, les autorités sanitaires, dont le Ministère de la Santé, recommandent aux parisiens et aux franciliens de prendre une mesure essentielle pour leur santé.

La pollution va encore sévir à Paris et en Ile-de-France. Les automobilistes devront réduire leur vitesse sur autoroute de 130 à 110 Km/h. Un énième pic est encore prévu pour cette journée de lundi. Aussi, les parisiens intra-muros et les franciliens extra-muros devront faire preuve de prudence lors de leurs déplacements. Le Ministère de la Santé a précisé dans un communiqué que les particules flottant dans l’air, de la taille de grains de sable pour certaines, ne doivent absolument pas être ingérés dans l’organisme.

“Le diamètre d’un grain de poivre avec un goût amer”

“Ces particules, de la taille d’un grain de sable pour certaines, flottent dans l’air ambiant. Ces particules nocives peuvent, par mégarde, être avalées, surtout quand on circule à vélo, si on court ou si on marche vite sans s’en apercevoir avant. Impossible de l’éviter tellement ces particules sont petites. Mais attention, il faut les recracher sinon c’est le risque de contamination au Protoxyde de méthylène azoté assuré. Airparif prévoit un taux de concentration de particules fines pouvant atteindre 55 µg/m³. 55 microgrammes par mètre cube. Cela ne parle pas aux gens, même à moi. Mais si je vous dis qu’à partir de 45µg/m³ on trouve des particules de la taille d’un grain de sable dans l’air, là, les gens vous écoutent attentivement. Après tout, ces particules ne sont pas appelées particules fines par hasard, mais elles peuvent quand même avoir le diamètre d’un grain de poivre, avec un goût amer. Ce ne sont pas des friandises rappelons-le. Il faut préciser que ces particules créent des hallucinations semblables aux effets de drogues douces et même de LSD”, prévient un fonctionnaire du Ministère de la Santé.

 

Crédit-photo : Dartmouth College Electron Microscope Facility, public domain.

Partager.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*