Des détenus de Fleury-Mérogis et des Baumettes regagnent leurs cellules après avoir manifesté Place de la Bastille et Place Castellane, en solidarité avec les surveillants pénitentiaires tabassés par les CRS.

Suite aux incidents entre surveillants pénitentiaires de la prison de Fleury-Mérogis et des CRS, près de 400 détenus de Paris et de Marseille, ont soutenu leurs gardiens en manifestant, dans le calme, Place de la Bastille et Place Castellane.

Des détenus des prisons de Fleury-Mérogis et des Baumettes, qui avaient inspiré l’emblématique série télévisuelle Prison Break, s’étaient donné le mot via leurs ambassadeurs respectifs qui font la navette entre la capitale et la cité phocéenne, selon leurs condamnations juridiques, relatives à leurs professions de vente de drogues ou de braquage.

Les gardiens de prisons de toute la France et surtout de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) en ont ras-le-bol et ils l’ont fait savoir en bloquant leur établissement pénitencier depuis plusieurs jours. Mais les forces de l’ordre n’étaient pas du même avis. Des incidents entre gardiens et CRS ont fait plusieurs blessés. Les gardiens de prison demandent davantage de sécurité suite à plusieurs agressions dont ont fait l’objet leurs collègues, à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) notamment, mais aussi dans d’autres prisons de France.

Tôt ce vendredi, les CRS ont tiré des gaz lacrymogènes sur les 150 gardiens postés devant la prison de Fleury-Mérogis.

“On fait le boulot proprement et on rentre à la maison”

“Nous dès qu’il y a un blocage on charge. C’est après avoir tabassé tout le monde devant la prison que nous avons découvert que l’on venait de bastonner des gardiens de prisons. Vous savez, ils étaient en civil, donc on ne pouvait pas vraiment savoir que c’était des collègues à nous en quelque sorte, pas du tout violents, mais collègues quand même. Dans notre règlement, tant que les manifestants ne sont pas à terre et recroquevillés sur eux-mêmes en pleurs, on rentre pas déjeuner. Donc on réfléchit pas trop face à une manif ou à un attroupement pacifique, on n’a pas du tout le temps de réfléchir quand on est dans l’action. On fait le boulot proprement et on rentre à la maison”, indique un CRS.

Face à ces agissements, les détenus des prisons de Fleury-Mérogis et des Baumettes, mais également des Baumettes 2, sont sortis, dans la sérénité et la hardiesse, pour se diriger vers la Place de la Bastille et la Place Castellane. “On en voit de la violence quotidiennement dans nos cités, mais d’une telle ampleur non. Et par des CRS en plus, des fonctionnaires qui ont pour devoir d’assurer la sécurité des citoyens. Les gardiens de prisons ont un cœur et les CRS devraient en tenir compte. J’ai pleuré en voyant les images sur Facebook depuis ma cellule. Moi qui critiquait les policiers et les mecs de la Bac, j’avais totalement tort. Ils sont bien plus sympas que les CRS”, précise un détenu de Fleury-Mérogis.

Les détenus se dirigent actuellement, dans le calme et la solennité, vers leurs prisons respectives.

 

 

Crédit-photo : pykekroesadvies, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.