Empaquetage de l’Arc de Triomphe : plus que quelques jours pour admirer le monument parisien avant son déménagement pour restauration dans les ateliers de Versailles.

Les tristes images des saccages de décembre 2018 avaient fait le tour des médias. Lors d’une manifestation des Gilets jaunes, des casseurs avaient dégradé l’Arc de Triomphe. Ils avaient dégradé des statues, dont celle d’une femme réalisée par le grandiose sculpteur dijonnais François Rude entre 1833 et 1836.

Suite à de nombreuses démarches administratives, les autorisations ont été finalement accordées pour permettre la restauration de l’Arc de Triomphe dans des ateliers spécialisés. Les déménageurs ont utilisé les 25.000 m² de tissu recyclable confectionnés grâce au projet initié en 1961 par le célèbre duo d’artistes Christo et Jeanne-Claude. Christo Vladimiroff Javacheff et Jeanne-Claude Denat de Guillebon de leurs vrais noms. « On fait d’une pierre deux coups. Il y a un côté artistique, mais aussi pratique et esthétique », relate un illustre déménageur breton.

 

Empaquetage de l’Arc de Triomphe.



Source : L’Obs – Youtube.

 

« En France, nous sommes champions du monde de foot, mais nous sommes aussi les meilleurs pour compliquer les choses. Il faut savoir que si tu veux modifier quoi que ce soit dans un bâtiment faisant partie du patrimoine, il faut compter plusieurs mois, voire plusieurs années, pour avoir l’accord. Par exemple, si tu veux changer une toute petite ampoule de 25 watts dans un bâtiment classé, il te faudra remplir un dossier de 15 pages. Pas une ampoule spéciale, non !, une ampoule ordinaire comme tu as chez toi, celle à 2 euros dans le supermarché du coin. Alors imagine la galère pour restaurer des statues situées dans un prestigieux monument comme l’Arc de Triomphe vieux de plus de 200 ans. Le dossier de 927 pages pour remettre à neuf les parties cassées par les autres enflures d’enragés (casseurs, ndlr) nous a demandé des dizaines de mois pour le remplir. J’en ai raté des anniversaires », confie un architecte des monuments historiques.

Le colossal et sublime monument parisien sera transféré dans les ateliers d’un artisan, mondialement réputé dans le secteur de la restauration de bâtiments protégés, situés dans la noble ville de Versailles. « Quand tu veux réparer une Ferrari, tu vas à Maranello, logique. Si ta montre de luxe, qui coûte une blinde, ne marche plus : tu vas la réparer en Suisse, logique aussi. Pareil pour les monuments. C’est à Versailles qu’ils ont la meilleure expertise en restauration de bâtiments anciens. Il n’y a qu’à voir l’état magnifique dans lequel est leur sublime château », fait avoir un maître verrier.

L’Arc de Triomphe sera disposé sur la remorque d’un camion spécialement conçu pour le transport de très lourdes charges. Il longera l’emblématique avenue parisienne de la Grande Armée avant de parcourir l’utile Boulevard Périphérique, puis les champêtres D910 et D10 pour arriver à bon port, dans le pittoresque Quartier Saint-Louis de Versailles. « Plutôt faire une série de tonneaux que de passer par Paris pour aller au boulot en voiture le jour du déménagement provisoire de l’Arc de Triomphe. Entre les embouteillages, les 30 km/h, les scooters qui te cognent dans les rétroviseurs de ta bagnole par taquinerie et les piétons qui pissent sur ta caisse quand tu as le malheur de t’arrêter sur un passage piéton en attendant que la circulation reprenne : hors de question de passer par Paname. Je ferai mon trajet Levallois-Perret – Meudon à pied », prévient un automobiliste.

 

Arc de Triomphe – La Marseillaise ou le Chant du Départ de François Rude.


Source : France 3 – Youtube.

 

Crédit-photo : Max Pixel, cco.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lejournalnews.com