Coronavirus : l’OMS recommande aux parents d’élèves de remplir leur testament “dans les plus brefs délais”.

Entre deux prévisions du nombre de personnes contaminées au coronavirus, la bienveillante OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, a donné un conseil qui pourrait être très utile aux parents d’élèves qui ont leurs progénitures en crèche, à la maternelle, à l’école primaire, à la crèche ou au lycée. En plus de l’obligatoire autorisation de sortie, les papas et les mamans devraient, selon l’éminente autorité sanitaire internationale, remplir leur testament pour “éviter des querelles inutiles entre héritiers après la période légale de deuil” selon elle.

“Moi, c’est double risque. Je prends le métro pour aller au boulot et mes gosses vont en classe. J’ai dû acheter un tensiomètre pour tenir le coup. C’est ma femme qui me l’a offert, en fait. Elle en avait marre de me voir me taper la tête contre le mur tous les soirs après avoir regardé le journal télévisé”, confie un affable père de famille, tout en établissant une liste de personne à qui il léguera ses objets personnels. “Avec leurs conneries de cartes Pokémon, je ne sais pas si mes cartes Panini Football valent encore quelque chose, sentimentalement parlant. J’ai bien mon benjamin de 10 ans qui est fan de Ronaldo, mais je ne sais pas s’il va adorer les cartes de Platini, Battiston, Maradona, Zico et Sócrates.”

“… même si le diplôme du baccalauréat est distribué à tout-va”


Le ministère de l’Éducation nationale tient cependant à relativiser le message de l’Organisation Mondiale de la Santé. “Notre priorité est que les enfants en difficulté ne décrochent pas, explique-t-on au ministère. Pour nous, mieux vaut que les enfants somnolent en classe plutôt qu’ils dorment chez eux jusqu’à 16 ou 17 heures. Je pense notamment aux collégiens et lycéens qui passent leurs nuits à naviguer sur les réseaux sociaux dans leur chambre, les yeux rivés sur leur smartphone, jusqu’à 2 ou 3 heures du matin. Il y a également les enfants du primaire ou début collège qui ont moins de 13 ans qui sont toute la nuit dehors à exercer la fonction illégale de chouf (guetteurs dans la vente de drogue, ndlr). Je ne parle pas des élèves violents qui frappent leurs professeurs à longueur de journées, les pauvres (professeurs, ndlr). Je dis que je ne parle pas d’eux car, des fois, les parents sont encore plus féroces que leurs gosses. Je préfère ne pas me les avoir sur le dos. On passe des heures à consoler les profs pour qu’ils retournent au travail. En même temps, ils sont obligés, mais on les console quand même. C’est notre boulot aussi, de s’occuper des profs. En général, les parents de mioches agressifs sont dépassés. Ils chialent plus que les profs frappés, quand il y a les sempiternelles réunions chez les directeurs d’établissements. Ces réunions ne calment pas les gosses agressifs, malheureusement. C’est triste. Tout ça pour dire que les décrocheurs ne doivent pas avoir de retard dans leur scolarité, même si le diplôme du baccalauréat est distribué à tout-va. L’ouverture des écoles mérite bien que les parents d’élèves prennent un tout petit risque de contamination. La bonne marche de notre économie le vaut bien, non ? Et puis, vous ne pouvez pas retenir des millions de salariés chez eux. Les parents doivent travailler et non pas surveiller leurs enfants en journée. Même en télétravail, les entreprises n’y arrivent pas. Pas plus tard qu’hier, nous avons reçu des vidéos du Medef. Dans toutes les séquences, il y avait des mouflets qui réclament soit à se goinfrer de sucreries, soit à regarder la télé. Ils demandent aussi sans cesse l’autorisation pour jouer à leurs jeux vidéo improductifs. Mieux vaut que les enfants soient à l’école, c’est mieux pour tout le monde.”

“A chaque fois qu’on ouvre une école,

on ouvre une salle de réanimation covid”

“Mieux pour tout le monde, mieux pour tout le monde, c’est vite dit. J’en suis à raccorder deux, voire trois malades, lors des pics de virus, avec un seul respirateur. C’est mon beau-frère qui m’a aidé à monter le dispositif avec les tuyaux. Il est artisan-plombier. Victor Hugo avait dit qu’à chaque fois qu’on ouvre une école, on ferme une prison. Il avait tout à fait raison. Mais il aurait aussi dû ajouter qu’à chaque fois qu’on ouvre une école, on ouvre une salle de réanimation covid”, souffle un médecin-anesthésiste, tout en cherchant son tube de colle pour raccords en PVC, en prévision d’un afflux massif de patients covid dans son hôpital.

“Ils jactent tout le temps”

“Moi, j’ai pas attendu leur conseil. Dès le premier jour d’après-vacances : j’ai rempli mon testament. Il faut voir les gamins comme ils sont entassés. Coronavirus ou pas, ils jactent tout le temps”, fait savoir une sympathique cantinière de collège.

“Batailler pour respirer, les pauvres”

Des modèles de testament seront mis en ligne dans les prochaines heures. “Vu la situation, il faut désormais compter en heures pour tout ce qui est administratif. Moi, c’est carrément en minutes. Ça rigole pas cette saloperie de coronavirus. Les bronches des malades covid font plus de bruits que les moteurs de nos véhicules. C’est des diesels, en plus. Ça te laisse deviner le nombre de décibels que fait un malade covid. Même avec un woofer trafiqué de 4000 watts, on les entend batailler pour respirer, les pauvres”, a murmuré un ambulancier.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!