Birmanie – Rohingyas : Oslo retire finalement le Prix Nobel de la Paix à Aung San Suu Kyi.

Le comité Nobel norvégien vient de prendre une décision unique dans l’histoire des prestigieux prix. Jamais la  distinction n’avait été ôté à son détenteur.

Suite au long silence de Aung San Suu Kyi et à son allocution tardive condamnant, à demi-mot, le sort subi par les Rohingyas en Birmanie, le comité Nobel a décidé de lui retirer le Prix Nobel de la Paix. L’ancienne dissidente birmane avait reçu le prix en 1991. Par ce comportement, Aung San Suu Kyi a voulu ménagé les bouddhistes nationalistes et une population birmane largement anti-Rohingyas.

Plus grande population apatride au monde, avec 1 million de personnes

Après des attaques de rebelles, en août dernier, faisant plusieurs victimes dans les forces de l’ordre birmanes, l’armée est accusée d’avoir incendié des villages de la communauté minoritaire musulmane des Rohingyas. La Birmanie est à 90% bouddhiste. Plus de 410.000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin, en traversant le fleuve. Plus grande population apatride au monde, avec 1 million de personnes, depuis que la junte birmane leur avait retiré la nationalité en 1982, les Rohingyas sont oppressés : extorsion, travail forcé, sans liberté de voyager, ils doivent demander une autorisation et payer pour se marier.

Aung San Suu Kyi se voit également refuser l’entrée dans l’Union Européenne.

Le Parlement européen n’a pas attendu longtemps. Le Prix Sakharov lui avait été remis en 2013, avec 23 ans de retard. Quatre ans plus tard, elle perd cette prestigieuse distinction. Aung San Suu Kyi se voit également refuser l’entrée dans l’Union Européenne, ont décidé Bruxelles et Strasbourg, tant que les Rohingyas seront maltraités et considérés comme des citoyens de seconde zone par la Birmanie. le visa long-séjour multi-entrées lui a été retiré.

Photo : capture d’écran Youtube.

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*