Erdogan ouvrira ses frontières avec la Syrie et l’Europe si l’UE interdit les Kebabs en Europe.

L’Union Européenne se prononcera le 11 décembre prochain sur l’avenir des Kebabs, les savoureux sandwichs à la viande. Face à cette situation la Turquie a décidé de riposter de façon inattendue.

Le Kebabgate, nom donné à cette crise gastronomique qui devient un sujet politique, monte en intensité à l’échelle internationale. L’UE votera le 11 décembre prochain pour le maintien ou l’interdiction définitive des additifs phosphatés, permettant de conserver la viande des Kebabs. Si le vote est approuvé par la commission chargée des produits alimentaires, ce sont des dizaines de milliers de restaurants qui devront proposer autre chose que les délicieux Kebabs.

Suite à cette annonce, après le tollé général des fans de Kebabs, le Président turc Recep Tayyip Erdogan en personne intervient pour contraindre l’Union Européenne à ne pas interdire les Kebabs dans le territoire européen. “Notre vénéré Président que nous adulons a raison de défendre notre adulé Kebab. Nombreuses sont les personnes, en Turquie à manger un Kebab au petit-déjeuner. Le matin, je vous le recommande avec de la sauce piquante, c’est mieux qu’un café pour se réveiller. Dans votre article, écrivez bien Kebab avec un K majuscule, on ne plaisante pas avec notre sandwich qui est inscrit dans la constitution turque. Le Kebab est sacré en Turquie”, indique un stambouliote de 58 ans. Il ajoute, “Notre adulé Président, dans sa décision d’ouvrir les frontières avec la Syrie, n’a pas d’autres choix. La Turquie défendra le Kebab bec et ongles”.

Le décision finale sera donnée lors d’une conférence de presse au siège de l’Union Européenne à Bruxelles.

 

Crédit-photo : FrugalGlutton.com, cc by 2.0.

 

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*