La coalition bombarde Molenbeek et plusieurs cités de banlieues françaises et anglaises, par erreur, sans faire de victimes.

Alors que les armées américaines, françaises et britanniques pilonnent la Syrie depuis plusieurs jours, d’autres endroits ont été les cibles d’attaques de la coalition. En France, en Belgique et en Angleterre ont été les scènes de chaos surréalistes.

Alors que l’Arabie saoudite pourrait rejoindre la coalition, sous commandement américain, composée des Etats-Unis, de la France et de l’Angleterre, les avions de guerre ont envoyé des centaines de missiles, par erreur, dans plusieurs quartiers de villes françaises, belges et anglaises. Les frappes de la coalition ont pour objectif de lutter contre des attaques chimiques perpétrées, selon la coalition, par la Syrie. Cependant, le régime de Bachar Al-Assad, le président syrien, a toujours nié l’utilisation d’armes chimiques.

“Plusieurs cités… bombardées par erreur”

Mais d’autres attaques, de très grande envergure, ont eu lieu bien loin de la Syrie. Tout d’abord dans la ville belge de Molenbeek-Saint-Jean, en Belgique, puis dans plusieurs cités de banlieues de grandes villes françaises et anglaises, qui ont été bombardées par erreur, suite à un ordre donné par l’armée américaine.

“Des groupes d’individus suspects à longue barbe et en djellaba”

Suite aux survols de chasseurs de la coalition, les pilotes ont effectué des exercices d’usage en basse altitude. “Lors de vols longues distances, nous devons contrôler nos appareils servant à mesurer l’altitude. C’est lors de survols à basse altitude que les drames se sont produits”. Alors qu’ils étaient partis rejoindre les troupes de la coalition en Syrie, les pilotes américains, français et anglais ont aperçu “des groupes d’individus suspects à longue barbe et en djellaba”, selon un commandant en chef des armées françaises. “On volait très bas. On a vu des hommes avec des barbes et en robes traditionnelles masculines. Direct, on a crû que c’était des talibans. Nous avons envoyé les missiles direct sur Molenbeek. Vraiment désolé, mais tout le monde aurait réagi comme nous l’avons fait. Durant les missions en période de guerre, des décisions sont parfois prises en une fraction de seconde. Ce fut le cas aujourd’hui. Nous sommes vraiment et sincèrement désolés pour les dégâts matériels causés par nos bourdes”, précise un pilote de chasse de la coalition. Des scènes identiques se sont produites en banlieue parisienne, lyonnaise, lilloise, toulousaine, mais aussi dans des quartiers populaires de Londres, Manchester, Birmingham, Leicester et Bradford.

“Nos pilotes les ont prises pour des kamikazes de Daech”

Les généraux de la coalition ont fait leur mea-culpa. “Sorry guys and girls, mais nous ne savions pas que les gens pouvaient prier dans les rues en Europe. Nous avions cru qu’ils confectionnaient des bombes artisanales dehors. We’re so sorry, folks. Et puis, nous ne savions pas non plus que les femmes pouvaient se promener en niqab dehors, comme lors de nos bombardements dans plusieurs villes anglaises. Nos pilotes les ont prises pour des kamikazes de Daech. Fort heureusement, ces attaques n’ont pas fait de victimes. Il n’y a pas eu de morts ou de blessés. Nous avons remarqué que les musulmans d’Europe courent plus vite que ceux de l’Orient ou d’Afrique. Sûrement grâce à une meilleure nourriture, sans OGM, ainsi qu’à de meilleurs soins, grâce à la sécurité sociale gratuite, que nous n’avons pas aux USA”, indique le Général Mickael Micky Mick Patton.

“Des missiles air-sol de la part des choufs de Marseille”

Par contre, les avions de la coalition n’ont pas réussi à bombarder les quartiers nord de Marseille, en France. “Les marseillais ont eu de la chance grâce à leur équipement sophistiqué et à leur vigilance. Nous n’avons pas bombardé leur territoire. Il faut dire que nous nous attendions pas à recevoir des missiles air-sol de la part des choufs de Marseille. Ils sont vraiment très bien équipés dans la cité phocéenne. Sans les missiles à courte portée qu’ils ont lancés sur nos avions de chasse, durant leur exercice à basse altitude, il y aurait eu de très gros dégâts. Ce n’est pas un hasard si le slogan de l’OM est droit au but”, souligne un général de l’armée française. Un témoin de la scène a raconté que les dealers ont toujours sur eux des missiles sol-air pour dissuader les forces de l’ordre de pénétrer dans leurs lieux de deal et ainsi travailler tranquillement dans la vente de drogue.

Les états-majors de la coalition ont présenté leurs excuses aux maires et aux populations des zones concernées. Ils promettent de “faire plus attention les prochaines fois” que leurs avions de chasse survoleront l’Europe pour rejoindre les zones de bombardement en Syrie ou ailleurs.

 

 

 

Crédit-photo : WikiImages, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.