L’unique restaurant naturiste parisien va fermer en raison du budget dédié au nettoyage des chaises trop important.

Le seul restaurant naturiste de Paris va malheureusement fermer ses portes durant le frileux mois de février prochain. Mais ce n’est pas la température hivernale qui a causé la cessation d’activité de ce charmant et original établissement. La raison de cette étonnante et triste nouvelle est toute autre. Le montant exorbitant relatif aux frais de nettoyage des chaises, sur lesquelles s’asseyent les dévêtus clientes et les clients, a eu raison du novateur et attirant concept. Explications.

Les naturistes férus de repas en tenue d’Eve et d’Adam, mais sans la feuille de vigne, se hâtent de profiter de leurs derniers moments naturo-gastronomiques. Dès avril prochain, pour pouvoir manger nu, ils devront se rabattre sur l’aire naturiste grillagée du Bois de Vincennes ou dans l’une des aires dédiées au naturisme des espaces verts de la capitale. L’emblématique restaurant naturiste de Paris va plier bagages. Le banquier qui a accordé le prêt pour financer ce bel établissement, qui va clôturer ses portes le mois prochain, n’en revient toujours pas.

“Le concept est génial”

« Le concept est génial. Le bilan prévisionnel est top. Normalement, ce restaurant devait être lancé en franchise dès la seconde année après son ouverture. Saloperie de budget de nettoyage des chaises. J’avais minimisé l’impact des parties génitales poilues ou en chaleur sur les bénéfices. Pareil pour les conséquences salissantes sur le résultat net des fesses mal nettoyées après déjection. Comme quoi, même la finance peu se tromper », philosophe le banquier, qui s’était tourné vers les joies du naturisme depuis la lecture du bilan prévisionnel en vue du crédit.

“On ne fait rien à moitié”

Pourtant, l’affaire tournait à merveille. Les clientes et les clients goûtaient aux jouissances de la succulente gastronomie préparée par le personnel en cuisine. “Précise-bien dans le papelard de ton site lejournalnews.com qu’on est pas à poil dans nos cuisines. On a tous les vêtements conformes avec la législation sanitaire en vigueur. Notre établissement à toutes les normes HACCP et ISO. Ça en plus de nos normes à nous, les Chefs de cuisine. Nos normes à nous, elles font le double des obligations règlementaires d’hygiène. En 20 ans de métier, pas une seule intoxication alimentaire, pas une seule saloperie d’E.coli, rien. Normal, dans mes cuisines, celle du boulot ou celle de la maison, tout est nickel, tout le temps. Pareil pour les produits. Je ne choisis que le meilleur pour mes clients. Je peux te certifier qu’elle est pas née la bactérie qui osera mettre, ne serait-ce qu’une petite patte, dans mes casseroles. Nous, dans la restauration, on ne fait rien à moitié. N’oublie pas de l’écrire sinon je te fourre ma toque de Chef là où je pense et là où, apparemment, tu penses aussi, car tu es en train d’écrire mot à mot ce que je dis. Nous, les chefs cuisiniers, on aime que nos ordres soient écoutés. De toute façon, les gens qui nous écoutent n’ont pas trop le choix. En cuisine, c’est comme à l’armée, mais en deux fois plus strict. Dédicace à mes camarades-militaires-cuistots . T’as d’autres questions ?, non ?. Ok, merci, rompez !”, me demande cordialement le sympathique chef cuisinier, avant de me proposer de déguster un succulent petit plat qu’il venait de concocter avec passion et rigueur.

«C’est vraiment dommage que ce resto ferme. Le cadre est agréable, l’ambiance excellente, le personnel est adorable et le menu, je ne vous dis pas, on a envie de manger tout ce qu’il y a sur la carte. Dans les restaurants traditionnels, c’est-à-dire ceux où il faut obligatoirement porter des vêtements, les clientes et les clients faisaient davantage attention à ce que portent leurs voisins de table. Mais là, les naturistes, permanents ou occasionnels, se concentrent sur leur assiette, point barre», explique un client, qui n’était pas naturiste avant l’ouverture du restaurant.

“C’est très délicieux”

« C’est vrai qu’au camping où on va chaque année, ils nettoyaient moins le resto, explique un autre client, tout en enfilant son slip . Il ajoute, c’est normal, le sable de la plage, d’à-côté du camping où je vais, a un effet naturellement nettoyant et détachant. Le sable fin absorbe aussi les liquides des nanas quand elles mouillent et aussi l’eau de sperme, qui sort des zizis des mecs qui bandent. Vous savez, le liquide transparent qui sort quand t’es hyper excité, juste avant le jet orgasmique de sperme. Dans le resto qui va baisser le rideau, il n’y avait pas de sable, donc c’est systématiquement et normalement, qu’ils nettoient après chaque repas. Des fois, ils nettoyaient même entre l’entrée et le plat principal, et ensuite entre le plat principal et le fromage et ainsi de suite pour le dessert, le café et le digestif. Je leur avais conseillé de mettre du sable sur les chaises, mais ils m’ont pris pour un taré. J’ai pas insisté depuis. Je voulais pas qu’ils m’interdisent de bouffer à poil. J’aime bien ça, je savoure ce qu’il y a dans mon assiette bien mieux. C’est très délicieux ce qu’ils cuisinent en plus”.

“Poutser, poutser, poutser !”

« C’est vrai que dès le premier jour d’ouverture, on en a vidé des bouteilles de produits nettoyants et détachants. Sur l’instant, les premières journées, comme il y avait beaucoup de belles gonzesses et de très beau mecs, on s’était dit que c’est dans la nature humaine, d’exprimer involontairement son appréciation sur l’anatomie de personnes qui mangent ou qui marchent autour de vous. Le concept est inédit en France, les gens étaient soit émoustillés, soit intimidés, mais on a vu la conséquence de ces réactions. Mais les jours d’après, rebelote. Et vas-y que je frotte les chaises, et vas-y que je récure les chaises, et vas-y que je nettoie les chaises, que je les décrasse, que je les désencrasse, que je les dégraisse, que je les débourbe, que je les déterge, que je les désinfecte, que je les purifie, que je les aseptise, que je les lotionne, que je les bichonne, que je les dépoussière, bref, je ne faisais que ça, du coup de feu de midi jusqu’au dernier service du soir. Je ne sais pas comment j’ai fait pour pas avoir de tendinite. Je ne faisais que ça : poutser, poutser, poutser !. L’idée, la vision, le concept, la décoration, le menu, le service, tout est excellent, mais il aurait fallu le faire sans ces saloperies de chaises”, préconise un serveur à la tenue impaccable.

“Inviter des amis, ton patron ou des clients de ta société à dîner”

“Le textile et les naturistes, ça fait deux. Dans notre établissement, on avait essayé avec des sièges recouverts de tissu, pour leur effet absorbant, mais il faut savoir que les naturistes, ils n’aiment pas s’asseoir sur tout ce qui est matières textiles, ça leur rappelle les fringues. Et les fringues, les naturistes, ils n’aiment pas ça du tout. Si tu comptes inviter des amis, ton patron ou des clients de ta société à dîner chez toi, et qu’ils sont naturistes, évite absolument les fauteuils et les sièges recouverts de tissu, sinon ils ne reviendront plus chez toi, pire, tu peux te faire virer ou recevoir une annulation de commande client du jour au lendemain», prévient la gérante d’un célèbre restaurant naturiste à Munich, en Allemagne.

“La capitale mondiale du romantisme”

L’établissement fermera, malheureusement, le 16 février prochain. “Cette date du 16 février n’a pas été choisie par hasard. En général, il faut bien deux journées entières après la Saint-Valentin pour tout remettre nickel. On n’en veut pas aux clientes et aux clients, moralement surexcités en cette journée particulièrement émoustillante, on va dire. Après tout, c’est la magie de l’amour et ici, c’est Paris, la capitale mondiale du romantisme”, explique avec philosophie le gérant.

“Tous nus comme au naturel”

“Oh gamin !. Me dis pas que le bistro hippie d’en face, où les clients sont tous nus comme au naturel, va fermer. Pour une fois qu’il y avait de l’ambiance dans le quartier. Des fois, des gars et des nanas, sûrement pressés, se déshabillaient dès l’autre bout de la rue. C’est logique, quand tu as rendez-vous, que ça soit pour affaire ou pour un premier tête-à-tête après une conversation sur les sites de rencontre du Minitel (internet, ndlr), tu dois être à l’heure. C’est vraiment dommage, car c’était rigolo de voir les mecs courir le zizi à l’air avec leur mallette pour aller déjeuner ou dîner”, se désole un retraité du balcon de son appartement rue de Gravelle, dans le 12ème arrondissement de Paris.

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.