Aération dans les écoles – Covid : écoliers, collégiens et lycéens devront apporter leur ventilateur en classe.

Le plan pour lutter contre les risques de contamination au covid dans les écoles, collèges et lycées se précise. Explications.

Pour endiguer le terrible coronavirus. Les hautes instances sanitaires recommandent d’aérer ou de ventiler régulièrement les pièces pour renouveler l’air, que cela soit dans les habitations ou dans les bureaux. Ainsi, dans le cadre de cette rentrée scolaire à haut risque viral, enfants et adolescents devront emporter avec eux un ventilateur pour permettre une aération optimale dans les salles de classe. “Moi, dans l’entrepôt où je bosse, les connards de la logistique oublient de refermer le grand portail du dépôt à chaque fois. Résultat, on a des rafales de vent de minimum 80 km/h. Je pense que ce foutu coronavirus de mes deux ne résistera pas à des vitesses pareil”, explique un ouvrier, avant de se vaporiser un spray anti-angines.

“Pas vraiment le choix”


Face à cette nouvelle directive, les directeurs d’école sont au bord de la dépression. “Et les rallonges électriques pour raccorder les ventilateurs obligatoires que les élèves apporteront avec eux ? Avec quoi on va les payer ? Nous avons des budgets riquiqui dans les établissements scolaires. Ils le savent, en plus, au ministère étant donné que ce sont eux qui les fixent. Déjà que j’ai hypothéqué ma baraque pour acheter des tableaux numériques interactifs et des ordinateurs dernier cri. Nos élèves travaillaient sur des pc 386, ce n’était plus possible. J’ai dû acheter des ordis de ma poche. Les gamins passaient leur temps à jouer au frisbee avec les disquettes 5 pouces 1/4. C’était intenable pour les profs. Mon banquier va encore me gueuler dessus, mais je n’ai pas vraiment le choix”, explique la dévouée directrice d’une école primaire, située en centre-ville d’une grande ville de province.

“Les microgouttelettes de covid sont projetées vers l’extérieur”

“Mais attention, prévient un expert détenteur d’un certificat ès-sciences, régulièrement invité sur les plateaux des chaînes d’info en continu : il faut que les fenêtres soient ouvertes. Cela évitera le brassage de l’air dans la pièce, sinon les ventilateurs feront office d’accélérateur à contamination. Il faut savoir que les microgouttelettes de coronavirus sont coquines. Elles sont aussi fouineuses que des spermatozoïdes, et encore plus curieuses que des journalistes de Mediapart ou du Monde. Si elles trouvent une narine ou une trachée, elles s’y engouffrent. Avec les ventilateurs, le risque est diminué, car les microgouttelettes de covid sont projetées vers l’extérieur.”

“Mon mioche va passer son temps à jouer avec son ventilo”

Les parents d’élèves sont partagés. La majorité d’entre eux se réjouit de cette mesure “pour une fois concrète”. Mais d’autres appréhendent. “La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y avait pas encore de ruée dans les rayons quand j’ai acheté le mien. C’est pas comme dans les rayons de farine, de PQ ou de pâtes. Par contre, je ne sais pas si c’est une bonne idée leur truc de ventilateur à rapporter en classe. Mon mioche va passer son temps à jouer avec son ventilo, c’est sûr. J’espère que les profs ont reçu un formulaire pour détourner leur attention, aux gosses, et les inciter à regarder le tableau. De toute façon, avec toutes les vacances qu’ils ont ces fainéants (enseignants, ndlr), ils ont le temps pour se perfectionner. En plus, vu qu’ils ne font pas grand chose, ils pourront vite se remettre d’une petite fièvre de 42 degrés en cas de contamination.”

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!