JO PyeongChang 2018 : le 1er cas de dopage serait dû à l’eau potable de Fukushima bue par le patineur japonais Kei Saito.

Les Jeux Olympiques d’hiver de Pyeonchang 2018 connaissent actuellement leur premier cas de dopage, selon le communiqué du Tribunal arbitral du sport (TAS). Le coupable serait le patineur de vitesse japonais Kei Saito.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a déclaré que l’athlète japonais aurait utilisé de l’acétazolamide est un inhibiteur spécifique de l’anhydrase carbonique, utilisé également comme produit masquant. Le test sur le sportif japonais avait été fait “hors-compétition” selon le communiqué du TAS. Le sportif a été suspendu provisoirement et a quitté le Village olympique.

“Nous lui avons ôté son katana sur le champs”

Kei Saito, patineur de vitesse et spécialiste de short-track, a, selon le TAS, accepté cette décision et a quitté le territoire coréen selon la tradition des samuraïs. “Nous lui avons cependant dit que ce n’était pas si grave que cela, surtout quand il a pris un sabre de samuraï datant du 12ème siècle de la période des Kamakura. Il était très élégant et digne dans son armure traditionnelle, mais nous lui avons fait renoncer à se faire justice lui-même et nous lui avons ôté son katana sur le champs. Pierre de Coubertin n’aurait pas accepté ce hara-kiri. Kei Saito a donc pris le premier avion pour Tokyo. Nous garderons malgré cette déconvenue un souvenir de sportif Honorable et noble”, indique un haut-cadre du Tribunal arbitral du sport.

“Je fais tout très vite, trop vite même, la preuve”

Interrogé avant l’embarquement dans son avion qui le mène au Japon, Kei Saito a révélé qu’il ne comprenait pas cette décision “injuste et sévère”. Il nie toute tentative de triche et de dopage. “Je n’ai pris ni produits dopants, ni substances énergisantes, ni produits bloquants. Je ne buvais que de l’eau du robinet de Fukushima, au Japon. J’y ai passé 6 mois à m’entraîner. D’après vous l’eau potable de Fukushima aurait-elle un lien sur les résultats de ces tests anti-dopage ? J’aurais dû en parler durant ma convocation au tribunal arbitral du sport. Pourquoi j’ai pas pris d’avocat ? Il faut dire que comme je fais du patinage de vitesse, je fais tout très vite, trop vite même, la preuve”, déplore Kei Saito.

 

Le Village olympique de Jeju Island en Corée du Sud.

 

Source : Youtube.

 

 

Crédit-photo : Denis Nguyen, pexels, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.