Une pétition de chômeurs pour demander au gouvernement de privatiser Pôle Emploi.

Les demandeurs d’emploi en ont ras le bol. Ils ont été assez patients, selon eux. Face aux retards, aux manques de procédures et autres anomalies concernant leurs demandes d’allocations qui tardent à se concrétiser ou face à leur énième réinscription à Pôle Emploi alors qu’ils sont toujours au chômage et sans le sou, ils ont décidé de lancer une pétition pour demander à ce que le secteur public accélère et optimise les choses.

Pôle Emploi est connu pour le calme solitaire qui règne sans ses agences, mais en termes de cohérence et de rapidité des procédures, c’est l’incompréhension totale de la part de ses usagers. “On m’a demandé de me réinscrire à la fin de mon CDD. Mon contrat s’était fini le 3 à minuit et ces enfoirés m’ont radié le 4 à 00h00. Même pour les perquisitions dans les logements de criminels ou de trafiquants, on attend 6 heures du matin. Avec Pôle Emploi, c’est tout le temps. Ils ne font pas de différences entre la nuit et le jour. Pour les radiations, ils sont rapides mais pour la réinscription, il faut attendre plusieurs jours. Pareil pour les paiements quand ils se plantent dans leurs calculs. Ça va très vite dans un sens et c’est très lent dans l’autre. Je ne suis pas un expert en logistique, mais vous y comprenez quelque chose, vous ?”, me demande un chômeur, les larmes aux yeux.

“Sérieux et terrifiants”

Même son de cloche de la part des demandeurs d’emploi qui attendent une éternité leurs allocations chômage. Ils doivent parcourir un labyrinthe, digne de la maison qui rend fou du célèbre dessin animé “Les 12 travaux d’Astérix”, pour avoir leurs allocations Assedic dans les meilleurs délais, qui vont de 15 jours à 3 mois. Pour le cas de l’Allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), entre le délai de carence, le différé d’indemnisation spécifique, le différé d’indemnisation supplémentaire, le différé d’indemnisation caractéristique, le différé de temporisation Assedic, le délai d’attente considératif, l’ajournement de paiement complémentaire, le report d’indemnité interstellaire et le décalage supra-légal, les chômeurs n’en peuvent plus. “Aide au retour à l’emploi,c’est bien beau. C’est tout à leur honneur. Mais j’ai besoin d’aide pour bouffer, moi. J’ai besoin d’argent et vite, explique un bénéficiaire de l’ARE. J’ai quand même cotisé. j’ai même cotisé dans un dictionnaire que j’emporte avec moi quand je vais demander où en est mon dossier Assedic. Chez Pôle Emploi, ils utilisent beaucoup de termes techniques, à la fois sérieux et terrifiants. C’est comme chez le docteur. Leurs termes, on dirait des maladies graves. Tu entends ça, tu te dis, inconsciemment, que c’est comme ça et que tu dois rebrousser chemin et aller chez toi, la queue entre les jambes, en pleurnichant. Je peux te dire que t’as plus envie de bander après avoir été chez Pôle Emploi. Ils devraient utiliser des mots simples pour expliquer. Des mots qui donnent de l’espoir. Pas des mots qui te mettent le moral dans tes chaussettes trouées ou des mots qui te donnent envie de te suicider”.

“Cela sera difficile à changer”

“Pour les délais de carence de plusieurs semaines, c’est normal. Nous considérons les chômeurs comme des malades. D’où le terme délai de carence. Mais un conseil. Il faut prévenir les chômeurs de ne pas demander leurs Assedic en novembre. En décembre, ils toucheront 33% de leurs droits. Ça fait juste juste pour les périodes de fêtes de Noël. Ils devront choisir entre remplir à 33% leur frigo ou bien acheter des cadeaux pour leurs gosses. Mais c’est à eux de voir”, prévient un responsable de Pôle Emploi. Il ajoute, “Pour les CDD en fin de contrat, il faut savoir que les salariés au Smic ne touchent pas de primes de Noël, même s’ils ont 3 ou 4 marmots. Oui, je sais. Ne donner qu’un tiers du montant des Assedic avant Noël, c’est injuste. Mais la vie est tellement injuste. Nous, en quelque sorte et philosophiquement parlant, on se calque sur la vie. Ça nous brise le cœur, nous à Pôle Emploi, mais pour les réclamations, il faut demander plus haut, au gouvernement, qu’il soit de droite ou de gauche, soit dit en passant. C’est comme ça depuis des décennies. Cela sera difficile à changer. J’en profite pour souhaiter un Joyeux Noël à nos clients chômeurs. Nous penserons à eux quand nous mangerons la bûche. C’est quand même grâce à eux si nous avons un CDI chez Pôle Emploi. Nos pensées vont vers ces demandeurs d’emploi qui cherchent, avec patience et abnégation, un emploi. Ils sont si émouvants à voir. Cela me rappelle mes dépités interlocuteurs quand j’étais huissier de justice. Excusez-moi, mais je dois vous laisser. Nous avons une ronde à faire. Nous devons aller au PMU pour voir s’il y a des chômeurs qui glandent là-bas. Ceux qui ne cherchent pas travail, on les chope et on les emmène à l’agence Pôle Emploi pour les interrogatoires. C’est la nouvelle directive en termes de contrôle des chômeurs indemnisés ou au RSA. Le plus dur ce sont les handicapés. C’est pas facile de mettre une personne à mobilité réduite, accrochée d’effroi à son fauteuil, dans la voiture de fonction. mais en rabattant les sièges arrière, on arrive à mettre le chômeur invalide et son fauteuil d’un seul coup”.

“1 ou 2 mois dans les paiements, c’est rien”

“A celles et ceux qui disent, injustement, que nous sommes sans cœur, je répondrai que ces affirmations sont sans fondement. Je dirais plutôt que nous sommes proches de l’incompétence, pour être plus juste. En même temps, on n’a jamais dit que nous avions les compétences pour traiter les demandes des chômeurs dans des délais rapides. Lors de nos entretiens d’embauche, la question sur nos compétences n’a jamais été évoquée. Tant mieux, j’allais dire (tout en essuyant son front dégoulinant de sueur due au stress). Nous ne sommes pas non plus des sténos-dactylos. Et puis, un retard de 1 ou 2 mois dans les paiements, c’est rien. Après tout, les chômeurs sont connus pour être des râleurs. Les crève-la-dalle doivent patienter. De toute façon, ils n’ont pas le choix. Nous, à Pôle Emploi, nous avons droit de versement ou de ruine. C’est dans nos statuts. En plus, les chômeurs attendent bien un boulot, qui peut-être ne viendra jamais, alors attendre ça ou autre chose, c’est kif-kif bourricot. Idem quand c’est les périodes des fêtes. De toute façon, l’argent qu’ils percevront ne changera pas grand chose aux cadeaux bas de gamme qu’ils mettront sous leurs sapins, en plastique, il faut le redire. Nous n’avons également jamais dit que nous étions des assistantes sociales. Et puis quoi encore ?. Désolé, mais il est midi-trente, j’ai fini ma journée, au revoir. Merci de refermer derrière vous. Laissez les clés sous le paillasson”, me demande un conseiller Pôle Emploi.

“Je dois vous avouer une chose. Les courriers sont traités au ralenti car nous avons des problèmes de lecture à pôle Emploi. Il faut savoir que les agents sont dyslexiques, pour la majorité d’entre eux. Il ne faut pas nous en vouloir. Nous et les correspondances, ça fait deux”, confie un responsable Pôle Emploi, tout en parcourant très rapidement sa fiche de paie.

“Pleurer, c’est humain”

Les pharmacies, proches des agences de Pôle Emploi, ne désemplissent pas. “Dès qu’une chômeuse ou un chômeur sort de l’agence Pôle Emploi en face de nous, nous mettons en sachet les boîtes de paracétamol ou d’anxiolytiques. En général, ils achètent l’un ou l’autre. Il y a aussi les sachets de mouchoirs qui marchent très bien. En même temps, c’est normal. Quand tu sais que tu ne va pas recevoir tes sous avant belle lurette et que tu te demandes comment tu vas acheter de quoi bouffer à tes gosses, pleurer, c’est humain”, reconnaît un pharmacien, la larme à l’œil.

Face à cette situation, des demandeurs d’emploi vont lancer une pétition en ligne afin de demander au gouvernement de privatiser Pôle Emploi. D’autres ont pensé sous-traiter les formalités auprès de centres administratifs privés au Maghreb ou en Inde. “C’est pas une mauvaise idée. Vous avez vu comment ils bossent bien dans les centres d’appel du Maghreb ou dans les sous-traitance de comptabilité ou de saisie informatique en Inde ?. On va donner une dernière chance à Pôle Emploi. On va attendre de voir comment va évoluer la situation avec les emmerdeurs sur routes (gilets jaunes, ndlr) sur les routes et on avisera”, explique un ministre.

“C’est d’un bordel leur truc”

Des sociétés privées sont déjà partantes pour réaliser les missions de Pôle Emploi. “Nous devrons tout revoir à plat. D’abord, il faudra établir des procédures claires, précises et compréhensibles par les usagers. Là, les chômeurs naviguent à rien du tout. Rien n’est clair, tout est vague. Là, c’est d’un bordel leur truc. Le peu de procédures de travail qu’ils ont, ils les ont faites lors d’un apéro de départ en retraite ou bien ?. C’est bordélique leur machin. Dans le privé, cette boîte qu’est Pôle Emploi ne tiendrait pas 6 mois. Une autre chose que je ne comprends pas. Pourquoi est-ce qu’ils envoient le même chômeur faire des dizaines d’ateliers CV plusieurs fois dans l’année ?. Idem pour leurs budgets de formation. Leur budget Formation varie au jour le jour. C’est pire qu’à la Bourse de Paris. Pôle Emploi n’est pas coté en bourse ou je me trompe ?”, questionne un analyste d’une société spécialisée en tâches administratives.

“CQFD”

“Comment ?. Pour les ateliers CV ?. Oui, je sais. Dire à un chômeur d’en faire plusieurs chaque trimestre, cela peut paraître excessif et sans fondement, mais il faut bien qu’on les occupe ces cassos (cas sociaux, ndlr). Pareil pour les ateliers de rédaction de lettre de motivation ou pour les bilans de compétences que l’on prescrit tous les 2 mois. Comme vous avez l’air sympathique, je vais vous confier une chose, mais ne le répétez surtout pas. Nous, à Pôle Emploi, on pige strictement rien à certains métiers modernes comme ceux du Minitel (internet, ndlr) ou dans les services. Mais attention, on n’est pas nul en fiches-métiers. On maîtrise à la lettre des emplois dans les domaines de la manutention ou de la soudure. En général, c’est là où on envoie les glandeurs (chômeurs, ndlr). Voilà, vous savez tout de nous maintenant (rire). Mais, des fois, c’est vrai, ça nous fait mal au cœur de les voir pleurer dehors, discrètement et pudiquement, à l’abri des regards, en sortant de notre agence, quand ils apprennent qu’il y a un retard dans leur paiement ou qu’ils ont été radié de l’interminable liste de Pôle Emploi. Mais pour nous, c’est bon les radiations. Ça évite que nos chefs se fassent engueuler par les ministres du gouvernement. Donc, nous non plus, on ne se fait pas gronder par nos supérieurs. CQFD”, se félicite un responsable de Pôle Emploi.

 

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.