Prime inflation refusée aux étudiants boursiers et aux bénéficiaires du RSA, AAH et APL par le Sénat : « Il n’y a pas de quoi grommeler pour quelques infimes 100 euros. A peine le coût d’un repas dans un restaurant », explique un sénateur LR.

Ce mercredi 3 août, le réveil aura été difficile pour les étudiants boursiers et les bénéficiaires d’aides sociales. En cause, l’aide exceptionnelle de 100 euros qui a été retoqué par le Sénat cette nuit. Majoritairement de droite, les élus ont finalement préféré réserver cette aide aux travailleurs touchant la prime d’activité.

« Avec l’inflation, même les pâtes sont devenues un luxe »

« Les étudiants pauvres, c’est comme les chômeurs et les mouflets : ça mange, ça dort et ça défèque, rien de plus. Pourquoi devraient-ils être rétribués pour cela ? », demande un sénateur, issu d’une riche lignée de rentiers, tout en jouant avec la cuillère d’argent accrochée à son porte-clé.


Cet avis n’est pas partagé par les principaux concernés. « Avec l’inflation, même les pâtes sont devenues un luxe », se désole un étudiant boursier qui a déjà planifié ses temps de révisions en fonction des heures d’attente dans les Restos du Cœur pour pouvoir se nourrir décemment.

« Les sénatrices et les sénateurs qui nous refusent cette aide, cela se voit qu’ils ne comptaient pas les centimes pour boucler le mois quand ils étaient étudiants. Je me trompe ? », demande une étudiante également boursière.

« Ils ont quoi contre nous, les rupins du Sénat ? »

« Je suis de nature non-violente, mais il y a vraiment des coups de pieds au cul qui se perdent. Ils ont de la chance, ceux qui nous ont refusé cette prime inflation », assure un amputé des deux jambes bénéficiaire de l’Allocation aux Adultes Handicapés.

Même son de cloche de la part d’un bénéficiaire du RSA. « J’avais pour projet de faire des plats à mes gosses avec autre chose que des produits premier prix bourrés de nitrites et de gras. Et bien, ça sera pour une autre fois. Vraiment pas de bol. Quand ça veut pas, ça veut pas. Mais j’ai une petite question. Ils ont quoi contre nous, les rupins du Sénat qui ont refusé de valider cette loi ? On leur a fait un truc de mal ? Est-ce que moi, je refuse quand ils mettent du beurre dans leurs épinards au caviar avec leurs avantages chaque moi ? Alors que cette prime de 100 euros, c’est exceptionnel, pas tous les moi. J’ai tort de dire ça ? », demande-t-il.

 

 

Crédit-photo : Image par Alexa de Pixabay.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lejournalnews.com