Politique : Patrick Balkany élu Président du comité d’éthique Les Républicains.

Le vote a eu lieu ce lundi matin au siège du parti LR (Les Républicains), rue de Vaugirard, dans le 15ème arrondissement de Paris, en présence des principaux piliers de la formation politique.

Les piliers LR ont donc donné toute leur confiance au Maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) pour éditer une charte de bonne conduite, mais également contrôler toutes les personnalités politiques Les Républicains dans leurs agissements et leurs paroles.

A la question de savoir si le fait que Patrick Balkany pourrait être renvoyé en correctionnelle suite à la demande du PNF (Parquet National Financier) pour blanchiment de fraude fiscale aggravée, corruption passive et prise illégale d’intérêts ne créerait pas un malaise au sein du parti, le porte-parole du mouvement a déclaré que la parti de ping-pong judiciaire n’était pas prête de s’achever. “Peu le savent mais il y a une salle d’audience officiellement baptisée Patrick et Isabelle Balkany dans le Tribunal de Paris. C’est dire qu’on en a encore pour un petit bout de temps. D’ici là, on en profite. Il est quand même le seul à connaître tout ce qu’il ne faut pas faire. On a besoin de lui pour notre charte. Même le responsable juridique, un avocat de 55 ans, qui a quand même fait Bac + 9 en droit apprend plein de choses avec Balkany. Il prend des notes à chaque fois que Patrick parle, pour connaître tous les rouages, les montages sophistiqués, les sociétés écrans, le transit des avoirs, . Une fois l’avocat a tellement écrit qu’il a fini avec une tendinite au poignet.”.

Seule Rachida Dati a émit un petit bémol dans un tweet, effacé depuis. Sur le réseau social, l’élu parisienne a publié “Il a sa place dans le comité. Mais Je ne suis pas pour à 100%. La Présidence carrément, c un peu abusé #swag #dior #louboutin #vuitton #placevendôme”.

François Fillon, rencontré dans le Tribunal, ne s’est pas arrêté lorsque nous l’avons questionné. Il est passé devant nous en souriant et en courant car il était en retard pour son audience dans la cadre de sa mise en examen pour soupçons d’emplois fictifs, détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de bien sociaux et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

La charte d’éthique et de déontologie aura pour titre : Agir de manière à toujours préserver la réputation et la dignité du travail politique, du territoire politique et de la démocratie.

Crédit photo principale : Matt92300, cc by-sa 3.0.

 

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.