JO Pyeongchang 2018. Perrine Laffont : “slalomer dans les rues parisiennes enneigées m’a rendue plus forte”.

La France a remporté, ce dimanche 11 février, sa première médaille d’or aux Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018, en ski freestyle, grâce à la magnifique prestation de la championne surdouée Perrine Laffont.

A seulement 19 ans, Perrine Laffont est médaillée d’or lors de l’épreuve des bosses en ski acrobatique aux Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud. Arrivée 14ème et signant le 5ème temps lors des qualifications durant les JO de Sotchi en 2014, à seulement 15 ans, l’athlète française de génie a pris sa revanche de manière époustouflante.

“Des skis sur-mesure à seulement 3 mois”

Il faut rappeler que Perrine Laffont a skié avant de savoir marcher. “Même le médecin de la famille n’avait rien compris. La gamine savait skier avant de faire ses premiers pas. Un grand spécialiste en pédiatrie est même venu en Ariège de Paris pour avoir des informations sur ce cas unique dans le monde. La revue américaine Health Sciences a même fait 32 pages sur notre petite Perrine, idem pour les revues Famille, Parents, Bébé magazine, Ski magazine et Montagnes magazine. On a dû lui faire des skis sur-mesure à seulement 3 mois. Le fabricant de chaussures de ski a utilisé une loupe d’orfèvrerie pour les fabriquer”, précise un proche de Perrine Laffont.

“Slalomer à 100 km/h dans les grands boulevards parisiens”

Interrogée sur cette victoire spectaculaire, Perrine Laffont a révélé que “skier dans les rues de Paris”, lors des récentes chutes de neige en début de ce mois de février, l’a “aidée a améliorer ses prestations sportives et sa force mentale” et à être “plus réactive”. “Slalomer à 100 km/h dans les grands boulevards et surtout devant les Galeries Lafayette et le Printemps Haussmann lors des soldes d’hiver, dans les rues pleines de monde, a été un excellent entraînement que je conseille à tous les sportifs de haut niveau. Idem aux Halles et à côté de la Tour Eiffel, très bon exercice pour renforcer les quadriceps, les ischios-jambiers et les fessiers. Les slaloms en hors pistes entre les sapins espacés de seulement 30 centimètres dans les Pyrénées, c’est de la rigolade à côté. Paris est magique, vraiment. Désolée pour les cafés à emporter que j’ai renversé en slalomant entre les passants. J’accélérais sans le vouloir à cause des plaques de verglas, avec des vitesses de 200 km/h des fois, demandez à Ludovic Didier mon entraîneur. Mais j’ai quand même profité de mon séjour à Paris pour faire du shopping (rire)”, indique la championne française de ski freestyle Perrine Laffont.

“Le Canada présente officiellement ses excuses à la France”

Perrine Laffont a devancé la canadienne Justine Dufour-Lapointe et la Kazakh Yulia Galysheva, arrivée respectivement seconde et troisième. La Fédération canadienne de ski a présenté ses excuses pour les vidéos Youtube qui circulent dans lesquelles des québecois et des canadiens se moquent des parisiens sous la neige. “Tabarnak, c’est bien la dernière fois que l’on se moquera des français quand il neigera dans les grandes villes de France. On a pris une grande leçon avec la victoire d’une française devant une canadienne, en ski en plus”, précise un haut-cadre de la fédération canadienne de ski. Même son de cloche du côté de l’Ambassade du Canada en France. “Le Canada présente officiellement ses excuses à la France, à tous ses habitants et en particulier aux parisiens et aux franciliens lorsque notre peuple s’est moqué des maudits français sous la neige, en train de pousser leurs chars (ndlr : voitures)”, indique l’Ambassadeur du Canada en France dans un communiqué.

“Comme du Nutella sur une crêpe”

“Cet entraînement a été nécessaire pour la vitesse de Perrine lors des jeux en Corée du Sud. Skier à Montmartre et près du parc des Buttes-Chaumont a été utile pour les sauts acrobatiques. N’oubliez pas que la technique en bosses représente quand même 60% de la note. Au final des séances de ski parisiennes, Perrine a maîtrisé ses contrôles, les rythmes des virages et surtout les coups de frein. Quand tu te retrouves à 80 km/h devant une bouche de métro t’es obligé de freiner. Mais Perrine s’en est très bien sortie, une vraie championne. Elle n’est pas la meilleure technicienne du circuit pour rien. Slalomer dans Paris a aidé aux postures également. Savoir garder le buste et la tête droits et les genoux-chevilles collés comme du Nutella sur une crêpe. Elle a su contourner les obstacles, les voitures, les passants et les crottes de chiens surtout, avec des appuis courts et vifs. Dès qu’il neigera à Paris, j’amènerai les gosses de l’équipe de France de ski bosses. Y’a pas mieux pour s’entraîner, vraiment”, précise son entraîneur Ludovic Didier.

Une belle leçon de perspicacité, de courage et de force mentale, ainsi qu’un excellent exercice à enseigner dans toutes les écoles de ski en France et dans le monde.

JO Pyeongchang 2018 – Ski Acrobatique/Bosses : la médaille d’or pour Perrine Laffont.

 

Source : Twitter.

Source : Youtube.

 

Photo : capture d’écran Youtube.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.