Journée internationale des Stagiaires : “Notre appel a été entendu. Exceptionnellement, les besogneux stagiaires de France n’ont pas été exploités hier, 9 novembre”, se réjouit le ministère du Travail.

Dans le cadre de la “Journée internationale des stagiaires”, une note, rédigée par un stagiaire qui a réussi l’exploit de trouver un poste payé au lance-pierre alors qu’il travaille pour 4, avait été envoyée par le laborieux ministère du Travail aux employeurs du privé, mais également aux responsables des administrations publiques. Ainsi, lors de la journée d’hier, 9 novembre, visant à rendre hommage aux trimeurs étudiants, qui mettent les mains dans le cambouis avant d’obtenir leur diplôme, n’avaient pas à réaliser les tâches dont les salariés avec un contrat de travail ne veulent pas d’ordinaire ou celles qu’ils renvoient aux calendes grecques.

“J’ai enfin pu dormir la nuit dernière sans chialer”

L’autorité en charge de la réglementation de la main-d’œuvre productive ordonnait ainsi aux responsables et tuteurs de ne pas “exploiter les patients et valeureux stagiaires”. “Quand même, entre les photocopies, les cafés, et toutes les tâches qu’ils se coltinent, les pauvres (stagiaires, ndlr), nous leur devions bien ça. C’est quand même grâce à eux que le Medef ne nous appelle pas toutes les 5 secondes pour demander une baisse des charges patronales”, analyse un haut fonctionnaire.


Ce personnel à bas coût de revient s’est dit heureux de ce signe de gratitude. “Hier, je n’ai pas eu à virer des gens. A chaque fois qu’il y a un licenciement, ils disent : ‘Donne ça à l’un des stagiaires’. Le 9 novembre, c’était mon tour, normalement. C’est pas facile comme mission. J’ai enfin pu dormir la nuit dernière sans chialer, dans mon lit. Ça faisait 4 mois que je ne m’étais pas réveillée d’aussi bonne humeur et aussi en forme, sans cernes et sans pleurnicher, surtout”, se réjouit une stagiaire M2 en marketing qui a intégrée une multinationale depuis 4 mois.

“Autorisés à partir avant 22 heures”

“Moi, je fais un stage en finance de 6 mois. Durant les 3 premiers mois, j’ai refait toute la peinture, le parquet et j’ai aussi construit des parois dans les bureaux avec mes autres collègues stagiaires. Notre responsable de stage nous a dits que c’est bénéfique et qu’il faut apprendre le métier dès les fondations. Les bases, c’est très important. Comme le responsable financier de la boîte a beaucoup d’ancienneté, donc on peut lui faire confiance. Là, il m’a confié une autre mission, explique l’étudiant tout en changeant les joints de culasse de l’une des 20 voitures de fonction. C’est pas tout ça, mais j’ai les révisions des autres bagnoles à faire après ça. En plus, hier, on a été autorisés à partir avant 22 heures, nous, les stagiaires. Je retourne au boulot, je lui dois bien ça, à mon supérieur hiérarchique. Il ne faut pas être ingrat dans la vie.”

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!