“Fake News” : Le Figaro, Libération, L’Humanité et Minute Hebdo également interdits en périodes électorales.

La nouvelle loi concernant les “Fake News”, fausses informations, présentée par le gouvernement Macron continue de chambouler le secteur de la presse française.

Mis à jour.

Nous apprenons que plusieurs titres de presse seront également interdits de diffusion pendant les périodes électorales.

La nouvelle loi, présentée lors des vœux à la presse par le Président de la République  Emmanuel Macron, s’attaquera de front aux “Fake News“, les fausses informations diffusées sur internet.

Ainsi, plusieurs titres de presse français ne pourront plus être imprimés, ni vendus en périodes électorales dans le territoire français. Les journaux touchés sont Le Figaro, Libération, L’Humanité et Minute Hebdo.

“J’ai fait Mai 68 et je m’y connais en barricades”

Les rédacteurs des organes de presse des titres touchés par cette loi se disent choqués. Ils qualifient cette mesure de liberticide. “Je m’insurge contre cette loi. Nous continuerons à éditer nos 20 exemplaires quotidiens, même en périodes électorales. Nous avons déjà préparé notre défense. Que le gouvernement n’oublie pas que j’ai fait Mai 68 et je m’y connais en barricades”, précise le rédacteur en chef du journal L’Humanité.

“Nous avons cessé d’imprimer Libé depuis les tristes élections de 2017”

Du côté de l’organe de presse officiel du Parti socialiste, il semblerait que cette annonce n’engendre pas de conséquences sur la diffusion du quotidien. “Période électorale ou non, de toute façon, nous avons cessé d’imprimer Libé depuis les tristes élections de 2017. Après les 6% recueillis par le Parti socialiste, nous avons conclu que cela ne servait à rien d’imprimer. Nous imprimons uniquement le chemin de fer et un gabarit pour la forme et ne pas brusquer la routine de nos équipes journalistiques et techniques. A moins de l’apparition miraculeuse d’un(e) candidat(e) socialiste sérieu.se.x, cette loi ne changera pas grand chose pour nous”, souligne le redac-chef de Libération.

“Tant que nous ne sommes pas au pouvoir, la liberté d’expression fera loi”

Mais un hebdomadaire aurait trouvé la parade face à cette loi anti fausses informations. Le titre Minute Hebdo, revue hebdomadaire prônant le multiculturalisme et l’amour entre les peuples, délocalisera son site internet et sa chaîne de production au siège du parti autrichien Reinheit und Blondheit (Pureté et Blondeur), dont le siège est basé à Vienne dans une ancienne imprimerie datant la seconde guerre mondiale. “Même si nous prônons l’instauration d’un titre de presse unique officiel en cas de victoire électorale, nous nous insurgeons contre cette nouvelle loi que nous jugeons anti-démocratique. Tant que nous ne sommes pas au pouvoir, la liberté d’expression fera loi. C’est pourquoi nous éditerons en Autriche auprès de nos partenaires”, indique le rédacteur en chef de Minute Hebdo.

Le Figaro fera une annonce officielle dans les bureaux d’En Marche.

Mais une chose n’était pas prévue par cette loi. Le quotidien officiel du gouvernement, le journal Le Figaro, est également concerné par cette loi anti Fake News. Le Figaro fera une annonce officielle dans les bureaux d’En Marche, a indiqué la rédaction du quotidien. Le titre de presse libéral a délocalisé son siège depuis les dernières élections dans les bureaux du parti La République en Marche.

 

Crédit-photo : StockSnap, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.