Enseignants, professeurs et ATSEM devront énumérer au ministère leurs tatouages, piercings et bijoux tétons à chaque rentrée scolaire.

Suite à l’affaire du professeur des écoles tatoué qui a secoué le monde de l’éducation, le ministère a mis en place une nouvelle disposition à laquelle les enseignants et professeurs devront se plier à chaque rentrée scolaire et universitaire.

Pour la première fois dans la longue histoire de l’éducation et de l’enseignement supérieur, un enseignant a été jugé sur son apparence. “C’est un très bon professeur des écoles, mais les gens se sont focalisés sur ses tatouages. C’est bien triste toute cette histoire. Qu’ils le laissent travailler tranquillement”, conseille une mère de famille.

“Pourquoi il n’est pas là, le gentil monsieur avec plein de dessins sur son visage ?”

Les autorités éducatives ne veulent plus que Sylvain, tatoué de la tête aux pieds, enseigne dans son école maternelle située dans l’Essonne. “Il est où le gentil monsieur ?, demande une petite fille. Il est super, en plus. Pourquoi il n’est pas là le monsieur avec plein de dessins sur son visage ?”, demande une petite fille en moyenne section de maternelle.

Malheureusement, certaines personnes ne sont pas du même avis. “Je n’aurais pas aimé l’avoir pour prof. Avec ses yeux noircis par l’encre de tatouage, je ne saurais pas où il regarde. Comme je triche à chaque interro, je me serais fait griller, c’est sûr”, explique un lycée, qui aura malgré tout son Bac avec mention assez bien, selon les statistiques.


“Il y va de l’avenir de la République”

Le ministère de l’Éducation nationale n’en démord pas. Le corps enseignant doit avoir “une apparence républicaine”, selon un fonctionnaire. “Les enseignants devront avoir une apparence normale. Oui, je sais c’est subjectif ce que je dis, mais ce n’est pas la question. Aussi, nous mettrons en place, dès l’an prochain, une fiche dans laquelle enseignants et professeurs devront lister tous leurs tatouages, piercings et bijoux corporels, implants compris. Les bijoux placés au niveau des tétons, de la vulve ou du pénis devront également être inscrits dans ce formulaire A-38. Il y a eu trop de laisser-aller depuis trop longtemps. Et je ne parle pas uniquement de la période de ces peaux de vache de hippies dans les années 60. Nous allons reprendre du poil de la bête, je vous le garantie. Il y va de l’avenir de la République. ATSEM, instituteurs et professeurs doivent aller travailler dans le corps qu’ils avaient lors de leur première communion”, prévient, visiblement les nerfs à fleur de peau, le responsable du service déontologie du ministère.

“La moustache façon Martinez ou le collier de barbe à la Robert Hue”

Les syndicats, comme d’ordinaire à chaque communiqué ou conférence de presse ministérielle, sont hors d’eux. “Bientôt, le ministre nous interdira la moustache façon Martinez ou le collier de barbe à la Robert Hue. Nous ne reculerons pas d’un poil !, prévient le représentant d’un syndicat d’enseignants, également professeur des écoles au lycée Georges Marchais, située à La Hoguette dans le Calvados.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!