Trump : “Les clandestins, comme les animaux, n’ont pas d’amour parental pour leurs enfants”.

S’appuyant sur un sondage de la chaîne Fox News, le président Donald Trump a décidé de séparer les parents clandestins, arrêtés, de leurs enfants, dont des bébés à peine nés, créant l’émoi et le dégoût à travers le monde. Le président US s’explique sur sa décision.

Donald Trump a franchi la frontière du raisonnable, de la dignité humaine et de la raison. Il vient de décider de séparer les parents clandestins aux Etats-Unis de leurs enfants, dont des bébés.

Les mineurs sont parqués dans un camp, dans l’état du Texas. “A cet âge, les enfants peuvent être mis dans des cages sans problème. Et puis, le Texas autorise le placement d’enfants dans des cages, c’est totalement légal. C’est ce qui est bien dans notre glorieuse et généreuse nation, les Etats-Unis d’Amérique, que Dieu la bénisse et la protège de l’amour paternel et maternel dont font preuve certaines personnes”, précise le ministre de l’immigration et de la détention arbitraire. Il ajoute, “seuls les vrais américains WASP (ndlr, White Anglo-Saxon Protestant), blancs, anglo-saxons et protestants, peuvent ressentir de l’amour pour leurs enfants. Pas les autres. Ni les clandestins, ni les démocrates”.

“Ces enfants resteront en cage”

Une affirmation soutenue par le leader du pays des armes à feu pour tous et des soins gratuits pour personne. “Est-ce qu’un animal a de l’attention et de l’amour pour sa progéniture ?. Non !. C’est scientifiquement prouvé. Il en est de même pour les clandestins mangeurs de burritos et de guacamole. Les clandestins oublieront très vite qu’ils ont eu des enfants. Ils n’ont pas de mémoire, à l’image des poissons rouges. Il n’y a qu’à voir les dirigeants des pays que j’ai traité de ‘pays de merde’. Ces connards ont voté pour la candidature des USA, pour la Coupe du monde 2026, malgré mes propos. Les clandestins venus chercher du travail ou l’asile politique aux etats-Unis sont considérés comme des criminels. Hormis ceux employés par les riches fermiers et industriels, qui les paient 1 dollar par jour. Mais c’est autre chose. Les bébés et jeunes enfants ne peuvent pas endurer de travailler 20 heures par jour. Ils ne nous sont pas utiles. Ces enfants resteront en cage”, indique Donald Trump, tout en jouant avec son enfant sur les genoux.

“Nous leur sommes supérieurs”

Tout de suite après cette décision d’enfermer les enfants de clandestins dans des cages, les Etats-Unis ont décidé de quitter le CDH, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. “Le monde doit comprendre que nous, américains, ne pouvons être dans la même catégorie que des pays, dont tous les habitants sont des voleurs, des violeurs, des dealers et des terroristes. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas faire partie du Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations unies. Seuls les vrais américains ont des droits, les américains blancs et aisés bien entendu. Vous serez entièrement d’accord avec moi. Les nègres, les tacos (ndlr, latinos), les terroristes (ndlr, arabes) et les nems (ndlr, asiatiques) ne font pas partie de la même catégorie que nous. Nous leur sommes supérieurs. Notre dirigeant l’a bien compris. D’ailleurs les cages dans lesquelles sont parqués les enfants de clandestins ont été copiées sur le modèle des cages nord-coréennes. Lors de leur rencontre, Kim Jong-un a dessiné des croquis qu’il a donné à notre président Trump”, précise le secrétaire d’état chargé de l’essor et de la promotion des discriminations, au sein de la Maison Blanche.

 

 

 

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.