E-joint : un business angel californien propose d’investir 50 millions de dollars US dans l’invention des start-uppers français condamnés à du sursis.

Les propositions ne sont pas les mêmes en France et en Californie pour les créateurs ingénieux de l’e-joint, la cigarette électronique au cannabidiol (CBD), une molécule du cannabis.

Mis à jour.

Deux start-uppers français ont écopé de 15 et 18 mois de prison avec sursis et une amende de 10000 euros pour leur invention, la cigarette électronique au cannabidiol (CBD), une des molécules du cannabis.

A préciser que la Kanavape ne contient pas de THC, substance psychotrope de la drogue. Il a été reproché aux ingénieux inventeurs d’avoir positionné leur invention dans le domaine médical.

“J’ai essayé l’e-joint, c’est une invention géniale, mais…”

Marseille est mondialement connue pour son club de football mythique, pour être la ville d’origine de la légende Zinedine Zidane, pour son savoir-faire dans les fraudes des fonds publics, mais également pour son expertise dans le domaine des drogues douces.

“On propose aussi en pharmacie de la verveine à nos clients”

La Kanavape, la création de la start-up marseillaise, en est une preuve concrète. Cette cigarette électronique d’un nouveau genre avait enchanté ses clients, mais avait rendu furieux les pharmaciens. “Nous ne pouvons accepter la concurrence de l’e-joint. Et comment j’expliquerai une baisse de chiffre d’affaire aux lobbies pharmaceutiques qui nous rendent visite chaque semaine à la pharmacie ? Ils ont un pourcentage sur nos rentrées d’argent. Et les lobbies des médicaments ont les photos de tous mes enfants je vous signale. Je risque gros si je n’empêche pas cet e-joint d’être vendu. Oui, c’est nettement mieux que les antidépresseurs, tout le monde le sait. Mais j’ai pas envie que les grands groupes pharmaceutiques plastiquent mon officine. J’ai 3 crédits à payer sur le dos. Mais, pour se détendre, on propose aussi en pharmacie de la verveine à nos clients. Ça n’a pas les mêmes propriétés que le cannabis, mais c’est aussi une plante naturelle. Je sais, face à la Kanavape, on ne peut pas rivaliser. C’est pour cela que nous avons pris les meilleurs avocats, payés par les groupes pharmaceutiques, mais ne le répétez pas, ils m’ont ordonné de ne pas le dire, pour empêcher cette formidable invention, il faut le reconnaître, d’être commercialisée. Entre nous, j’ai essayé l’e-joint, c’est une idée géniale, mais pour mes finances, ce n’est pas bon du tout. Et puis c’est pas avec les invendus de verveine qu’il me restera dans les bras, que je pourrai m’acheter la nouvelle Maserati“. La verveine est essentielle aux pharmaciens. On se fait les mêmes marges qu’avec la marijuana. Mais chut, là encore, c’est un secret de pharmaciens. Silence total. Ne publiez pas ça dans votre article. Bon maintenant, il faut que j’arrête de parler. Mauvaise idée d’avoir pris un e-joint avant cette interview”, confie un pharmacien du 13ème arrondissement de Marseille.

“…séminaires de formation à Amsterdam…”

Du côté du Conseil de l’ordre des pharmaciens les avis sont partagés. Il y a ceux qui désirent incorporer la Kanavape dans les produits vendus actuellement en pharmacie et il y a ceux qui sont pour un système à l’ancienne, en mode apothicaire. “C’est comme dans tous les domaines. Il y a ceux qui sont encre-stylos-papier et ceux qui sont dans l’ère du numérique. Mais un choix décisif devra être fait dans les années à venir. les grandes surfaces vendront bientôt des médicaments, aussi, nous devons moderniser nos pharmacies et élargir nos gammes de produits”, précise un membre du Conseil. Il ajoute, “surtout qu’au Conseil, il y a de nombreux fumeurs de cannabis. Pourquoi organisons-nous tous nos congrès des pharmaciens et autres séminaires de formation à Amsterdam d’après vous ?”.

“De magnifiques inventions sont créées en France… mais cela ne suit pas derrière”

Mais il semble qu’économie légale et drogues douces puissent vivre en totale osmose. De l’autre côté de l’Atlantique, un business angel de Californie, aux Etats-Unis, où la consommation de cannabis à usage récréatif est autorisé depuis le 1er janvier 2018, se propose d’aider la start-up marseillaise. Le groupe d’investissement aurait mis sur la table près de 50 millions de dollars pour lancer, à grande échelle, la fabrication de la Kanavape. “Les gouvernements successifs français, de gauche comme de droite, sont vraiment une bande de losers. De magnifiques inventions sont créées en France, comme le Minitel, mais cela ne suit pas derrière, essentiellement en terme législatif. Les USA ont le quasi-monopole d’internet, alors que c’est la France qui a créé et popularisé l’utilisation de l’ancêtre d’internet grâce au minitel. Nous avons remplacé votre minitel par un ordinateur et maintenant nous sommes les boss du web. Vous verrez, cela sera pareil avec la Kanavape. Et après, nous vous vendrons des e-joints quand vous légaliserez le cannabis. Vous verrez dans quelques années. Mais il n’y a pas que le minitel ou l’e-joint. Un inventeur français avait créé un trottoir qui fabrique de l’énergie avec les pas des piétons. il a cherché des financements en France, toutes les banques lui ont claqué la porte au nez. Résultat, des investisseurs US lui ont ouvert grandes les portes et il a fait fortune ici. Mais votre inertie nous arrange, ne changez rien les français (rires)”, précise un cadre financier US du fond d’investissement californien.

Le Secrétaire d’Etat à l’investissement s’est dit ravi par cette nouvelle. “Les investisseurs reviennent peu à peu, mais c’est pas encore ça. Cette annonce est une très bonne nouvelle pour l’économie française. Cela démontre l’innovation et le dynamisme des PME-PMI françaises. Nous sommes sur la bonne voie”, précise le Secrétaire d’Etat.

La French Touch ne touche donc pas que la mode, la gastronomie, la musique, la prostitution ou le cinéma.

 

Crédit-photo : brenkee, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*