Une commune de Savoie ordonne aux promeneurs de se balader en gilet fluo, tout en levant les bras et en chantant fort, pour se différencier des sangliers.

La chasse est un loisirs qui demande à la fois vigilance et réflexes, dignes de combattants de MMA. Aussi, la mairie de Jarsy, en Savoie, donne une série de conseils aux promeneurs imprudents qui mettent volontairement une mauvaise et blâmable ambiance durant les parties de chasse sportives et récréatives des passionnés de la nature et des animaux sauvages, à savoir les héroïques chasseurs.

La mairie de Jarsy, qui se situe en Savoie, magnifique terre productrice de l’appétissant chocolat Milka et de champions de ski, a su trouver les mots qu’il fallait pour permettre aux férus de promenades pacifistes dans les contrées sauvages et aux amateurs de viande saignante, issue d’animaux non-domestiques tout juste abattue, de vivre en totale harmonie. La commune savoyarde préconise donc une série de mesures, votées au Conseil communal, aux promeneurs qui admirent étourdiment les arbres, les fleurs, les animaux sauvages et toutes les autres créations de Mère Nature en général. “Ne blasphème pas !. Toutes ces créations sont celles du Seigneur. Les sangliers et les loups que j’abats, ce n’est pas grâce à Mère Nature qu’ils sont dans mon viseur de fusil. Alors, attention à ce que t’écris et surtout à ce que tu penses, connard !”, me conseille un chasseur, une tête de biche dans une main et son fusil dans l’autre.

Ainsi, les cueilleurs de champignons, hallucinogènes ou non, ainsi que les promeneurs-curieux, les visiteurs-flâneurs et autres gobe-mouches devront se munir de gilets fluorescents. Ils devront également lever les bras bien haut et chanter, très fort de préférence, afin de ne pas déranger les chasseurs et, accessoirement, de ne pas être le logis intentionnel de leurs balles et de leur plomb de chasse. “C’est davantage un ordre qu’un conseil. Les gens font ce qu’ils veulent. Mais qu’ils ne viennent pas rouspéter s’ils se ramassent 500 grammes de plomb dans les fesses ou pire, dans les testicules. On les aura prévenus ces crétins (promeneurs, ndlr), avertit un élu communal de la mairie de Jarsy. La chasse est plus qu’une tradition, c’est un art de vivre, mon bon monsieur. La chasse est aussi un loisir, qui demande patience et précision. C’est la Fédération nationale des chasseurs qui le dit elle-même. Allez faire un tour sur leur leur 3615 du Minitel (site internet, ndlr). La chasse permet, le temps d’abattre quelques animaux, de prendre du recul, de prendre le temps. Notre noble hobby nous permet de nous défaire de la pression urbaine, de la technologie, de la performance, de la rapidité et du zapping incessant lié au mode de vie de la ville. Moi, j’aime pas le progrès. Prendre le temps de canarder des faons, des perdrix, des ours ou de douces colombes, c’est ça la vraie vie. T’as compris ducon ?. Mais toi, tu chasses pas. Ca se voit à ton regard. Le sang te fait peur. J’ai raison ou pas tête de cul ?”, m’interroge un adjoint de la mairie.

Les promeneurs et amoureux des bois sont décontenancés et perplexes en même temps par cette nouvelle règlementation. “Chanter à haute voix et lever les bras bien haut, je peux le comprendre. Mais porter des gilets de couleur fluo, non, non et non !. Je vais avoir l’air de quoi sur ma page Instagram ?”, demande une promeneuse.

La mairie de Jarsy a déjà préparé une brochure contenant une attrayante liste de chansons paillardes et de comptines champêtres. “J’ai proposé des chansons que mon vieux chantait quand il m’a acheté mon premier fusil de chasse. J’avais 4 ou 5 ans, un truc comme ça. Cette époque me manque. Dans le temps, je dépeçais les bêtes près de la source qui était en face de l’Office de l’écologie. Les fonctionnaires qui bossaient pour promouvoir l’écologie nous aidaient même à découper la viande. Mais maintenant, les écolos ne feraient jamais ça. Chasser, c’est trop politiquement incorrect maintenant. Tout fout le camp mon gars. Je te ressers un autre verre !. Allez, cul sec !”, me somme un élu de la mairie de Jarsy, en charge des questions environnementales, du tourisme et de la sécurité des citoyens. Il ajoute, “tu veux écouter l’une des chansons qu’il y a dans le manuel pour les connards de promeneurs ?. Alors, elle s’appelle ‘Ave les doigts’. Écoute, couillon. Ça va te faire marrer, toi qui viens de la ville où il est interdit de chasser. Quelle bande de cons. Vous devez vous emmerder, comme jour sans chasse. Vous ne savez pas ce que vous ratez. Alors, la chanson que je vais te chanter, elle s’appelle ‘Ave les doigts’. Il se lève et se met à chanter. Ave 3 doigts, je trifouille, je trifouille. Ave 3 doigts, je caresse ses boyaux. Ave 3 doigts, je trifouille, je trifouille. Ave 3 doigts, j’arriverai jusqu’au museau. Ave 3 doigts, je trifouille, je trifouille. Ave 3 doigts, je rentre dans tout, sanglier, faisandeau ou perdreau”.

 

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.