CES 2019 : la start-up Jacquie et Michel aura son stand au sein du pavillon de la French Tech.

Le site Jacquie et Michel, la mythique start-up numérique dédiée à la sensibilisation scientifique et à la découverte de l’anatomie humaine, fait partie, sans conteste, des fleurons de la technologie française. Pour preuve, des ambassadrices et des ambassadeurs ont embarqué dans l’Airbus, spécialement affrété par la French Tech, pour emmener la délégation tricolore composée de 420 entreprises françaises à Las Vegas, ville aussi délurée qu’économiquement rentable, dans le cadre du CES, l’événement tech de la planète.

Le CES 2019 recevra près de 420 entreprises françaises, majoritairement composées de start-ups. “Il y aura 380 start-ups, 39 sociétés industrielles et un kebab. Il y a des zones économiques où rien ne se crée dans le secteur digital. Dans le secteur des kebabs, des bars à salades, des bagels et des sushis, c’est presque la saturation. Dans certains endroits, quand tu n’as même pas de transports en commun, comment tu veux créer ta boîte. Il y a même des endroits en France où ils n’ont pas la fibre. Il a fallu quand même emmener la strat-up de kebab, c’était la seule jeune-pousse qu’ils avaient dans une région de France”, fait savoir un officiel de la délégation.

“Montrer au monde entier les vigoureuses performances françaises”

Comme toujours, les représentantes et les représentants de Jacquie et Michel étaient à l’heure pour leur rendez-vous dans un grand aéroport français pour aller montrer au monde entier les vigoureuses performances françaises durant le Consumer Electronic Show, plus communément appelé CES, qui se tiendra à partir de demain mardi à Las Vegas dans le caniculaire état du Nevada.

“L’une des plus prolifiques start-ups françaises”

“Là-bas, il fait 40° en moyenne toute l’année. Malgré la clim du salon, je pense qu’on sera torses nus durant tout le CES, comme au bureau, en fait (rire malicieux). On adore notre boulot pas que pour ça. Le code vestimentaire est très flexible, comme dans certaines start-ups de la Silicon Valley. En France, on en est encore à la chemise, au polo ou au t-shirt. Ça ne booste pas la créativité. De toute façon, on a toujours 10 ans de retard sur les States et c’est pas une blague, c’est de notoriété publique. En tant qu’ambassadeur de l’une des plus prolifiques start-ups françaises, je voudrais dire que ce que je fais, ce n’est pas uniquement un travail, malgré le fait que je sois amateur-bénévole. Je dirais que c’est davantage une vocation. Il faut savoir que la corporal technology, si tu ne l’aimes pas, elle ne t’aimera pas non plus. La corporal tech a toujours cette image de garce, mais détrompe-toi. Si tu ne fais pas les choses sérieusement, tu ne tiendras pas longtemps dans le milieu de la tech. Dans notre domaine, chez Jacquie et Michel, tu ne peux pas faire semblant. De toute façon, ça se verra si tu n’es pas motivé et dynamique. Il faut les 2 à la fois, la motivation et le dynamisme. C’est le conseil que je donne toujours aux nouvelles et aux nouveaux. Mais dans l’ensemble, les membres de nos équipes sont à la fois motivés, dynamiques, énergiques et entreprenants, aussi. Tout ça à la fois et c’est très émouvant à voir. Ils sont même un peu trop entreprenants des fois. On est obligés de les couper dans leur élan, tellement ils sont à fond dans le truc. Mais je précise que c’est tout à leur honneur que d’aller au bout des choses. Il faut toujours creuser, toujours essayer d’aller au maximum du maximum, si tu veux que de la source de la réussite, puisse jaillir le succès, philosophe l’un des ambassadeurs de la désormais légendaire start-up Jacquie et Michel, tout naviguant sur un site spécialisé en anatomie du corps humain. Je tiens d’ailleurs à remercier toutes les personnes de la délégation française pour leur accueil. Ils sont hyper contents qu’on fasse partie du voyage vers Vegas. J’avoue que je suis agréablement surpris. Mes collègues femmes de Jacquie et Michel ont également été très bien reçues. Ça fait plaisir toute cette joie. C’est ça aussi la French Tech, c’est ce message que nous essayons de faire passer tous les jours durant nos missions filmées”.

“Dans vos URLs les ricains !”

L’organisation de la délégation française de ce CES 2019 a été un peu réticente au début. Mais une pétition expresse, lancée sur un site de sondages en ligne dans le hall 3 de l’aéroport par le digital manager d’une start-up inscrite depuis plusieurs mois à l’événement, a convaincu la French Tech d’emmener avec elle, à Las Vegas, les ambassadrices et les ambassadeurs de Jacquie et Michel. “Chacune de leurs vidéos fait en moyenne 5 millions de vues. C’est près de 5 millions de fois plus que le nombre de vues annuelles de certaines vidéos et de pages internet réunies de certains ministères que, par courtoisie et surtout par décence, je ne nommerai pas. Quand leur délégation est venue à l’aéroport et que ses membres nous ont dit qu’ils venaient avec nous, on n’a pas pu leur dire non. On a bien accepté des start-ups qui feront faillite dans 6 ou 8 mois d’aller avec nous à Las Vegas. Mais bon, on doit remplir notre pavillon, sinon on va passer pour quoi devant les ricains ?. Déjà qu’on passe pour des cons pour n’avoir pas utilisé les gigantesques potentialités du Minitel, dans les années 80, donc on va pas se foutre la honte davantage. Mais nous, les français, on a le romantisme, l’industrie du luxe, la gastronomie, la Tour Eiffel, les incontrôlables Gilets jaunes, le véloce Mbappé et la mode. Et ça, personne ne pourra ne nous l’enlever. En plus, on est champion du monde de foot et de handball. Dans vos URLs les ricains !. Bon, il faut que je me calme. Désolé, mais ça me fait toujours ça quand j’évoque le Minitel. C’est une blessure technologique qui ne cicatrisera jamais, malheureusement. Donc, au sujet de J&M (Jacquie et Michel, ndlr), je disais quoi ? ah, oui. De toute façon, on n’a pas trouvé d’explications sérieuses et logiquement concrètes à leur donner si on les refoulait du hall d’embarquement. J&M est une start-up, elle évolue dans le numérique, son siège est en France et ses performances sont exceptionnelles. De toute façon, je doute que les douaniers foutent à la porte de l’aéroport des membres de Jacquie et Michel. Ils en sont fans, eux aussi. Idem pour les policiers, les gendarmes, les militaires, bref, tous les services d’ordre, tous ministères confondus, partout en France métropolitaine et dans les DOM-TOM. Donc, Jacquie et Michel ont embarqué avec nous dans l’avion. En plus, on les aime bien dans notre secrétariat. Les geeks acteurs et actrices de Jacquie et Michel sont un petit peu nos chouchous, nos mascottes, professionnellement parlant. Ils sont bien plus captivants et aussi bien plus marrants que certaines start-ups qui viennent nous parler, durant d’interminables et fastidieuses heures, de SEO, de SEM, de SEA, de MOOC, de SMO, de SERP, de balises meta-description, de netlinking, de lead nurturing, de levées de fonds, de crowdfunfing de mes deux ou de user experience de mes couilles, d’incubateurs ou de Inbound marketing à la noix. Des fois, j’ai envie de les incubés pour leur faire comprendre que j’en ai marre de leurs conversations. Ils sont exténuants leurs monologues composés de mots en anglais, alors qu’il y a les mêmes termes en français dans le Larousse. Je suis dans le domaine informatique, mais je ne sais toujours pas pourquoi ils se compliquent l’existence à parler comme ça. Vous n’imaginez pas à quel point j’ai envie de leur foutre leur Inbound là où je pense ou de leur enfoncer ma licorne dans le même endroit auquel j’ai pensé pour l’autre exemple avec le Inbound. Mais je me retiens, il faut faire rester les start-ups disruptives en France et pas leur donner de raisons supplémentaires d’aller en Irlande, en Belgique ou dans la Silicon Valley. Que les start-ups s’installent dans la Silicon Valley, je peux le comprendre. Mais la Belgique ?. De toute façon, les start-ups qui vont en Belgique le font uniquement pour payer moins d’impôts. Ils en sont encore à la 2G nos voisins belges, c’est pas pour les vitesses de connexion que nos pépites partent là-bas. Par contre, avec Jacquie et Michel, c’est différent. Ça nous change des collaborateurs qui utilisent des mots en anglais uniquement pour frimer. Dans leurs vidéos disruptives, quand les membres de Jacquie et Michel parlent, elles et eux, au moins, ils sont intéressants à écouter, tout le temps. Et même quand ils ne parlent pas dans leurs captivantes vidéos, on regarde quand même. Il faut reconnaître que nos Jacquie et Michel nationaux, ce sont des experts du Content marketing”, confie un geek passionné du secrétariat au numérique.

“J’ai réussi à embarquer à temps dans l’avion”

Malgré les centaines de demandes de fans pour des selfies ou des signatures d’autographes, parfois à même le corps, quelques “CEO old-school”, comme les appels les jeunes pousses du digital, se sont offusqués de la présence des émissaires de Jacquie et Michel dans le pavillon de la French Tech. Bien qu’ils ne se comptent que sur les doigts d’une seule main, les dirigeants, en mode vieille école, voulaient même prendre un autre avion pour aller à Las Vegas. Mais le savoir-faire, digital et diplomatique à la fois, des représentantes et représentants officiels de Jacquie et Michel a réussi à les convaincre du contraire. “Mea culpa. J’ai entendu beaucoup de choses déplaisantes sur leur site, mais je reconnais que ma réaction a été exagérée et même, je l’avoue, disproportionnée. L’un de leurs ambassadeurs m’a montré plusieurs vidéos éducatives. Il est vrai que j’ai été convaincue dès les premières secondes de la première vidéo que j’ai visionné, mais j’ai regardé le reste, pour être sûre. Jacquie et Michel ne doivent pas m’en vouloir. Je dirige une société de plusieurs dizaines de collaborateurs et des fois, on a tellement le nez dans le guidon, qu’on s’emballe un peu trop vite”, reconnaît une dirigeante d’entreprise française. Même son de cloche de la part d’un grand patron, également présent dans l’avion en route pour la chaleureuse Las Vegas. “L’émissaire avec qui j’ai discuté est très convaincante. J’ai presque eu envie de l’embaucher dans ma société. Elle a la fibre adéquate pour faire passer le feeling digital et commercial. Heureusement que j’ai réussi à embarquer à temps dans l’avion”, se félicite le CEO d’une multinationale bleu-blanc-rouge.

“On veut notre CES Jacquie et Michel à Paris-Charles de Gaulle”

Seul bémol, l’ensemble du personnel de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle a déposé un préavis de grève, tout de suite après le décollage de l’avion de la délégation de la French Tech. “Il n’y en a que pour cette saloperie de technologie et ce charlatanisme de digital. Internet, internet, on n’entend que ça. Moi, à mon époque, il y avait le minitel et on n’en faisait pas un tel foin. Là, ça va plus. Il faut à tout prix que ce CES de Las Vegas soit délocalisé près de notre aéroport. Ou bien, une autre solution, que la French Tech organise un salon dans notre aéroport, mais avec la présence des ambassadrices et des ambassadeurs de Jacquie et Michel. T’as vu comme elles sont bonnes les ambassadrices de Jacquie et Michel ?, me demande un agent d’escale. D’habitude, les ambassadrices et les ambassadeurs qu’on voit, ceux des ambassades normales, ils ne font pas cet effet. De nombreuses collègues nanas ont insisté pour prendre des selfies avec les ambassadeurs de Jacquie et Michel. Il y a eu quelques retards au décollage et à l’atterrissage des avions, mais les retards causés ne sont pas pires que ceux de la SNCF. De toute façon, même avec un cyclone qui traverse nos pistes, on ne sera jamais aussi en retard que la SNCF. Donc, pour en revenir à notre sujet de discussion, les ambassadeurs qu’on voit ici d’habitude à l’aéroport, ils sont d’un austères. Ils ne sourient pas comme ceux de Jacquie et Michel. Les ambassadeurs des ambassades politiques ?, les voir, c’est presque aussi morose que de regarder la pluie tomber, c’est bien moins émoustillant que celles et ceux de J&M. Donc, on veut notre CES Jacquie et Michel à Paris-Charles de Gaulle. Et aussi à Orly, c’est bien expliqué dans notre préavis de grève. On est solidaires entre aéroports. Les pilotes de ligne sont aussi solidaires avec notre démarche. De toute façon, eux, dès qu’il y a des nanas dans le coup, ils sont partants. On s’est toujours demandés avec les collègues si c’est pas l’altitude qui excite leurs hormones aux pilotes ?. On a osé leur demander, mais ils ne nous parlent jamais. Ils ont tendance à marcher à plusieurs mètres des gens, sauf quand c’est un uniforme de pilote ou bien une nana bien roulée. Pareil pour parler ou sourire. Les pilotes de ligne se sourient uniquement entre eux ou ils sourient, mais de manière plus sexuelle on va dire, avec les nanas, surtout quand elles sont bien foutues. Ils sont bizarres, mais sympas d’après leurs apparences”.

“Plus de 200 demandes pour 2 places”

Près de la moitié des entreprises françaises au salon ont déposé une demande pour que leur stand soit mitoyen de celui de Jacquie et Michel. “Vous nous faites chier, vous, les frenchies avec vos manies de toujours demander des réunions pour changer telle ou telle chose. Les français, vous êtes de grands malades. J’ai plus de 200 demandes pour les 2 places mitoyennes. Ça va être irréalisable, même si ce mot ne fait pas partie de mon vocabulaire d’habitude. En Amérique, rien n’est impossible. C’est comme si on me demande une place pour assister au Super Bowl, la veille de la finale. Nous, les américains, nous programmons toujours tout à l’avance, des fois 2 ou 3 ans avant l’événement. La prochaine fois, il faudra déposer les demandes d’emplacement des stands plus tôt. Mais cela ne m’étonne pas de vous, les mangeurs de grenouilles. Vous aviez inventé l’ancêtre d’internet (minitel, ndlr) et vous ne vous en êtes rendu compte que 20 ans plus tard. Avec vous, c’est sky is the limit, mais surtout dans les conneries. Ces Jacquie and Michel, ils sont très appréciés chez vous. J’en ai entendu parler, il y a beaucoup de geeks qui adorent leur site internet. Very interesting”, explique un américain en charge des stands au CES, tout en visionnant des vidéos informatives de Jacquie et Michel.

“2% de ma boîte en échange d’un stand à côté de J&M”

Il se murmure que les emplacements des stands positionnés à côté et en face de celui de Jacquie et Michel se monnaient en numéraire, mais également en actions boursières de start-ups. “J’ai proposé 2% de ma boîte en échange d’un stand à côté de J&M, mais ça va être dur. Le gars qui est juste à côté ne lâchera pas son stand à moins de 4% de la valeur de ma société. Je pourrais céder à 2.5%, mais pas plus, sinon le CAC40 et le NASDAQ ne comprendraient pas”, annonce un startupper français.

“Chez J&M, on préfère quand les gens sont directement connectés entre eux”

Ainsi, du 8 au 11 janvier, le Consumer Electronic Show réunira ce qui se fait de mieux dans le secteur de la technologie et Jacquie et Michel sera de la partie. “Il y aura beaucoup d’objets connectés dans ce CES. C’est très bien. Mais nous, chez J&M, on préfère quand les gens sont directement connectés entre eux. C’est mieux et c’est plus simple. On n’a pas besoin ni de câbles, ni de wi-fi, c’est plus pratique. Mais attention, on a besoin de caméras et de micros. Avec le son, c’est mieux, même si nombreux sont nos internautes qui coupent le son de nos vidéos quand ils regardent nos créations au travail ou chez eux, quand il y a la belle-mère, ou bien le ou la conjointe à côté”, explique un ambassadeur de Jacquie et Michel.

 

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.