USA – Caravane de migrants : les réfugiés traversent le Golfe du Mexique à la nage et se dirigent vers Houston, la Nouvelle-Orléans et la Floride.

Pour faire barrage aux étrangers en quête des bienfaits apportés par le rêve américain tant vanté par les politiques US, Donald Trump a envoyé plus de 5.000 soldats à la frontière avec le Mexique. Cependant, la caravane a contourné le barrage terrestre et les premiers migrants arrivent peu à peu à Houston, à la Nouvelle-Orléans et en Floride.

Pour empêcher la caravane de migrants partie Honduras, d’atteindre le territoire US, Donald Trump a envoyé plus de 5.000 soldats à la frontière du Mexique.

“Il faut marcher au feeling”

“Si c’était la caravane de migrants slovènes, je les aurais laissé passer. Je ne veux pas que ma Melania chérie me refasse la tête. Déjà que j’ai eu chaud à cause de la star de porno qui m’a quand même coûté 130.000 dollars. Ça fait cher la gâterie sexuelle. Mais comme je suis très riche, car je suis très intelligent, je m’en fiche de l’argent que j’ai versé pour avoir son silence. Mais les migrants des pays de merde, non, non et non !. Hors de question que les dealers et les violeurs mettent ne serait-ce qu’un seul orteil sur notre territoire. Bon, je reconnais que je n’ai pas de données chiffrées exactes sur le nombre de dealers de drogue et de violeurs qu’il y a dans les pays de merde, comme Haïti ou les pays africains. Mais, selon ma longue et riche expérience en politique et d’après mes connaissances gigantesques grâce à mon quotient intellectuel incalculable tellement il est élevé, les chiffres en politique, cela ne sert strictement à rien. Il faut marcher au feeling et aux sentiments haineux, qui font appel aux instincts les plus bas, les plus nauséabonds et les plus vils de la nature humaine. Comment ai-je été élu d’après vous ?. Juste une dernière chose avant que tu ne partes, journaliste débile, qui travaille dans la presse malhonnête toujours en quête de vérité. C’est vraiment dommage que tu ne sois pas une femme. Je t’aurais embrassé directement, comme un aimant. Tout de suite après, je t’aurais attrapé par la chatte. Mais dommage, tu as une paire de baloches. Même en voulant, je ne pourrais pas. Si je faisais ça, Kavanaugh refusera d’être mon ami pour la vie. Mais attention, écris-bien que je ne suis pas gay sinon je t’envoie directement à Guantanamo. Tu rejoindras ces ennemis du peuple que sont les journalistes de CNN, de la BBC, de CBS, de ABC, de NBC News,  de CBC News ou du New-York Times. D’ailleurs, je voudrais chaleureusement remercier les journalistes de la Fox pour m’avoir aidé à les mettre en cellule. Le problème, ce n’est pas la libre circulation des armes de guerre aux USA. Le problème, c’est les médias qui cherchent la vérité. Une arme à feu mise entre les mains d’un déséquilibré qui a voté pour moi lors de la dernière élection présidentielle est moins dangereuse qu’un article de presse”, me précise Donald Trump, tout en envoyant un tweet qui dépasse l’entendement.

“Ça donne envie d’y aller”

Voulant fuir la violence et la misère qu’il y a au Honduras, les migrants étaient partis en masse de chez eux, à la mi-octobre, pour rejoindre le territoire du légendaire rêve américain. “Ils parlent tellement du rêve américain dans les meetings politiques US que forcément, ça donne envie d’y aller. D’un point de vue marketing, c’est top leur message. Trump a envoyé des fans à lui, postés tout le long de notre trajet, pour nous dire qu’aux USA, tout n’était pas rose là-bas. Les émissaires du gringo chevelu fou (Donald Trump, ndlr) nous ont expliqués qu’il y a énormément d’armes en circulation aux USA, même plus qu’en Amérique Centrale et en Amérique du Sud réunies. Ils nous ont aussi indiqué qu’il y a beaucoup de crack en circulation et même qu’il y a encore des quantités astronomiques de cocaïne. Il reste encore sur le marché des tonnes de cocaïne importées par les Contras, via la CIA, dans les années 80. Il y a prescription, nous pouvons en parler, ce n’est plus un secret d’État. Mais, malgré tous leurs gentils et prévenants conseils, j’ai décidé de traverser le Golfe du Mexique à la nage. Ça ne peut pas être aussi dangereux que dans mon quartier à Tegucigalpa. Là-bas, même les policiers et les militaires ont peur de sortir de chez eux. Même les agents corrompus, ils restent chez eux, tellement c’est risqué d’aller travailler ou bien d’aller faire ses courses ou son jogging. Il nous arrive ce qui est arrivé à vos ancêtres. Vos aïeux avaient fui la misère en Europe pour venir aux USA. Nous, c’est pareil”, fait savoir un migrant hondurien, tout en enfilant son bonnet de piscine.

Mais plusieurs migrants malchanceux se sont trompés de direction. “Oh les cons, ils sont partis à Cuba. C’est presque aussi pire qu’en Amérique centrale. Il auront le rhum cubain pour tenir le coup. D’habitude, par humanité, nous secourrons les nageurs, mais là, Trump nous a ordonné de les laisser sans la flotte. Ce taré est quand même le chef des armées”, se désole un garde-côtes US.

Les soldats US s’ajouteront aux effectifs de la Garde nationale et des services des douanes et de la protection des frontières, durant cette opération dénommée “Patriote fidèle”, conçue pour empêcher la caravane de migrants d’aller aux USA. Une seconde caravane, composée de près de 2.000 personnes, à majorité hondurienne, est également en route vers le pays de l’Oncle Sam.

 

 

 

Crédit-photo : taniarose, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.