Aurore Bergé : “Salam gros, les profs babtous doivent être déter et connaître inchallah la mentalité du terter”.

La député LREM et porte-parole du gouvernement, Aurore Bergé, ainsi que son homologue UDI, Béatrice Descamps, ont remis un rapport sur la relation “école-parents” dans les quartiers dits difficiles.

Mis à jour le 17.03.18.

En survêtements Nike et Adidas, les deux parlementaires nous reçoivent dans un hall d’immeuble d’un quartier chic du 6ème arrondissement de la capitale. Vivement contestées sur les réseaux sociaux par certains professeurs, qui ont du mal à enseigner dans certains quartiers de banlieues difficiles, les deux parlementaires sont résolues à aller jusqu’au bout de leurs conclusions. Lejournalnews.com les a rencontré pour un entretien exclusif.

“Dédicace à la mifa et aux détenus de Fleury-Mérogis”

Assise et cherchant ses feuilles OCB, la parlementaire tient un discours posé, son acolyte faisant le guet. “Salam gros, tu veux du teuchi ? C’est du marocain. Qualitativement parlant, c’est la meilleure came sur le marché, mieux que la weed d’Amster. Non ? T’es sûr ? ok ma gueule, j’insiste pas mais tu sais pas ce que tu rates. Wesh on commence l’interview alors ?. Ziva, je dois aller à l’assemblée pour remettre ce putain de rapport au Ministère de l’Education nationale de mes lle-cou. Après, j’ai une séance de questions au gouvernement par sa mère la pute de l’opposition”.

“Quand un gamin de la tess a charbonné toute la nuit”

Tout en roulant une cigarette artisanale à base de plantes naturelles, Aurore Bergé, les yeux rouges mais l’air vif, nous donne davantage de précisions sur le rapport qu’elle a remis au Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, au sujet des relations “école-parents”. Elle indique que les professeurs doivent connaître les “spécificités” et ressentir les quartiers dans lequel ils enseignent. “L’écart sociologique, sa race, est croissant, un truc de ouf. Quand un gamin de la tess a charbonné toute la nuit, c’est normal qu’il ne soit pas en forme en cours le matin. C’est logique non ?. Idem pour le phrasé. Il faut ôter du vocabulaire, pendant la classe, les mots d’intellos des toubabs bobos en Louis Vuitton qui sont dans le Larousse. Nous c’est Lacoste et Unkut. Pas de vocabulaire d’intellos, en particulier, les mots de plus de 3 syllabes. Faut pas avoir fait Saint-Cyr pour le remarquer. Les profs doivent être dans le game. Nous avons fait les mêmes conclusions avec ma sosse Béatrice Descamps, la go avec qui je taf au parlement, qui fait le chouf là, tu la vois debout à côté de nous ? c’est ma sosse. Si les profs suivent nos instructions, ça passera crème wallah alaadim. De plus, les profs doivent vivre dans le tiek (quartier) qu’ils enseignent (sic : où ils enseignent), les rageux me font dahak (rire). Sur le Coran de la Mecque, je vais faire la hagra à tous ceux qui osent dire que c’est n’importe quoi ce qu’il y a dans notre putain de rapport avec ma sosse Béa. Dédicace à la mifa et aux détenus de Fleury-Mérogis. Tenez bon les potos”, indique la parlementaire.

“Machallah les profs sont biens, déclassés et motivés”

Silencieuse mais l’oreille attentive à chaque mot prononcé par son acolyte, tout en scrutant, à la manière des choufs des quartiers difficiles, plaques tournantes de la vente de drogue, l’arrivée d’intrus dans la cité chic parisienne, Béatrice Descamps précise, “Machallah les profs sont biens, déclassés et motivés. Mais ils doivent juste s’adapter et connaître la rue et ses codes. Dédicace aux quartiers Nord de Marseille et allez l’OM. On va tout niquer en Ligue 1 cette année la chatte à sa grand-mère la pute. Pour en revenir au sujet de l’école, avec l’aide de Dieu le tout puissant, les profs y arriveront inchallah. On n’essaie de carotter personne. On n’a pas été payé par l’assemblée nationale pour dahak. Au contraire, nous avons passé plusieurs semaines dans les quartiers dits difficiles. On a même fait du bizz pour être imprégné de l’ambiance West Coast, Cali, Los Angeles, Bonx, New York city, Tijuana, Juarez, gangs, deals, bicrave, rap, Jack Miel, bitches et cannabis. On a aussi un mot à dire sur la Palestine, on voudrait…”. Nous mettons un terme à cet entretien car le discours des deux parlementaires sort totalement du sujet.

 

 

 

Crédit-photo : AdinaVoicu, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.