Mercato : devenu footballeur, le légendaire champion de MMA Khabib est recruté par le PSG en qualité de défenseur.

Le mercato de cet été du Paris Saint-germain est décidément hors normes. Après le génial Lionel Messi, le prodigieux Georginio Wijnaldum, le terrifique Sergio Ramos, le sensationnel Achraf Hakimi, le prometteur Eric Junior Dina-Ebimbe et le colossal Gianluigi Donnarumma, notamment, le richissime club de la cossue capitale française s’est offert les services d’une autre très grande pointure du sport.

Ainsi, la terreur de MMA, combat libre dans lequel 99% des coups physiques sont permis, a été recrutée après son choix de devenir joueur professionnel de football. Khabib Nurmagomedov jouera bientôt sous les couleurs du Paris Saint-Germain. “Khabib est quand même le seul sportif de toute la planète qui effraie les défenseurs de foot. Il y a lui et il y a aussi Teddy Riner. Pendant les matchs, même les défenseurs se pissaient dessus quand ils les voyaient regarder les matchs en tribune”, confie un arbitre.

Un cadre du PSG justifie ce choix de recrutement. “Nous voulons les meilleurs, point barre. Il nous faut la Ligue des Champions, et au plus vite. On a plus de temps à perdre, sacré nom d’une put*** de remontada de mes deux. Je pense que c’est clair, non ? Avec Monsieur Nurmagomedov, nous faisons d’une pierre 3 coups. Avec sa force phénoménale, il pourra stopper aisément les attaquants adverses qui voudront nous mettre des buts pour nous taquiner. Monsieur Khabib sera aussi utile au milieu de terrain. En attaque, je ne vous raconte même pas. Avec la force qu’il a dans les jambes, il enverra aussi des boulets de canon dans les filets adverses, en arrachant au passage 2 ou 3 tibias de malheureux joueurs qui auront l’inconscience de vouloir contrer le ballon pendant son envol vers les buts adverses”, a-t-il expliqué, tout en consultant la valeur marchande de stars de football sur internet.


Les Présidents des autres clubs de Ligue 1 sont partagés quant à ce nouveau recrutement de luxe. “Comment voulez-vous qu’on concurrence les parigots (qataris, ndlr). Moi, j’ai dû hypothéquer ma baraque pour pouvoir payer les salaires de mes joueurs, c’est dire la mouise dans laquelle est mon club. Il faut reconnaître que je n’ai pas la chance d’avoir des puits de pétrole à profusion, malheureusement. Alors, le recrutement, je n’y pense même pas. Même pas en rêve”, se désole un industriel, propriétaire d’un grand club français.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

lejournalnews.com