Barbecue, symbole de virilité selon Sandrine Rousseau : les garçons mangeront de la viande rouge une fois par an dans les cantines des écoles des villes écolos.

Une fois de plus, la députée écologiste Sandrine Rousseau déchaîne les passions. Lors des Journée d’été d’Europe Écologie-Les Verts, le samedi 27 août dernier, la personnalité politique phare de la  Nupes a indiqué qu’il fallait changer de mentalité pour que « manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité. »

« Carence en protéines… »

Dès l’annonce de cette phrase choc, les mairies des villes remportées par les élus écologistes ont annoncé que les garçons ne mangeront plus de viande rouge qu’une seule et unique fois par an. « Les garçons ne seront pas déconstruits du jour au lendemain, mais nous en prenons le chemin », se réjouit le maire d’une grande ville.


Les avis des parents sont partagés par cette décision gastronomique. « Avec mon salaire de misère, c’est surtout à la cantine que mes mouflets bectent de la bidoche. Qu’on ne vienne pas me gueuler dessus si mes mioches font une carence en protéines et en vitamine B12. C’est que c’est pas donné, la barbaque. Même dans les rayons des produits « dates courtes » de l’hypermarché où je vais, ça coûte bonbon. Entre ça ou payer le loyer et l’électricité, il n’y a pas photo », a prévenu une mère de famille au bord de la crise de nerfs.

« Qu’ils se débrouillent, les écolos intelligents ! »

Même incompréhension de la part d’un nutritionniste. « Je commence à en avoir ras le stéthoscope de leurs conneries. Moi, c’est bien simple, tous les gamins anémiés parce qu’ils n’ont pas mangé assez de viande rouge : je les dispatcherai entre la mairie de ma ville, le bureau de la Nupes et celui des écolos. Qu’ils se débrouillent, les écolos intelligents ! Cela m’attriste, mais à un moment, même avec le serment d’Hippocrate et toute la bonne volonté du monde : c’est pas possible », a-t-il dit avec mes larmes aux yeux.

« Elle a raison, Madame Sandrine (Rousseau, ndlr). Elle est professeur en sciences économiques dans une université, c’est un signe de sérieux. Elle en a dans la caboche, la Sandrine », a indiqué un papa qui a mis son barbecue en vente sur un célèbre site internet de vente d’objets d’occasion.

 

Crédit-photo : LUM3N de Pixabay.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

lejournalnews.com