4ème Prix du DRH Numérique : un RH de Free a semé la terreur lors de la cérémonie.

L’Association nationale des Directeurs des Ressources Humaines, ANDRH, a organisé la 4ème édition du prix du DRH Numérique. Tous les participants ont été concentrés, disciplinés et attentifs, tous sauf un, un chargé RH de Free.

Mis à jour.

L’ANDRH se rappellera longtemps de cette 4ème édition. Les trois premières édition se sont déroulées dans la liesse et la sérénité, mais l’édition 2017 des DRHNUM restera dans les annales. En effet, un chargé de Ressources Humaines de Free en a fait voir de toutes les couleurs aux organisateurs et aux participants.

Je suis resté debout toute la journée car son smartphone a pris ma place.

Tout avait pourtant si bien commencé. Les organisateurs, après des mois de préparation, avaient calculé à la minute près le déroulé de cet évènement, qui se voulait festif et informatif. Mais c’était sans compter sur un chargé RH de Free. “Il a pris ma chaise pour poser son smartphone et celle de mon voisin pour poser son imperméable. Résultat je suis resté debout toute la journée car son smartphone a pris ma place”, confie le DRH d’une start-up parisienne. Il continue son récit, “Comme j’avais regardé le reportage de Cash Investigation sur Free la veille, je me suis tu. Je voulais pas rentrer avec un œil au beurre noir à la maison, on avait des invités pour diner ce soir-là”.

A peine arrivé, le DRH de Free a créé une ambiance glaciale au sein de l’assemblée. Bousculant, sans remord, les invités afin d’aller vers sa chaise. Il avait pris le fauteuil du Président de l’association, jugeant la sienne pas assez confortable. Un beau fauteuil en cuir. Mais cet épisode de la chaise en cuir n’est que le début d’une longue journée pleine de péripéties.

“Le Président de l’association, lui aussi, a vu Cash Investigation. Donc il n’a pas bronché”.

Lors des conférences, il a mis l’ambiance à sa manière. Il a, entre autres, lancé des boules de papier avec un stylo Bic, en guise de sarbacane. “Le Président de l’association, lui aussi, avait vu Cash Investigation. Donc il n’a pas bronché”, précise une participante qui a préféré garder l’anonymat, de peur de représailles. Elle ajoute, “Je ne sais pas pourquoi, il a mis une baffe à la personne derrière lui, sous prétexte qu’elle respirait trop fort. On a crû qu’il allait se calmer, mais non, il a continué. On a aussi pensé qu’il était ivre, mais un cadre de Free nous a dit que c’était son état normal”. A la question “Où est l’enchantement vanté par Free ?”, posée par un participant, le chargé RH de Free lui a mis un coup de poing sur la figure. La phrase “Le voilà l’enchantement !”, a accompagné le coup de poing.

“Nous avons dû lui préparer un menu spécifique”.

Le déjeuner, qui devait se dérouler à 13 heures, a été avancé d’une heure car le RH de Free avait faim. “Nous avons dû lui préparer un menu spécifique à lui et aux membres de Free qui l’accompagnaient. Les repas ont été servis aux autres convives 2 heures plus tard”, informe le chef-cuisinier de l’évènement.

Toute l’assemblée s’est retrouvée en t-shirts.

Après le déjeuner, trouvant la température de la salle un peu froide à son goût, il a imposé qu’on monte le thermostat à 35 degrés. Résultat, toute l’assemblée s’est retrouvée en t-shirts et sous-vêtements. “Pour résumé l’ambiance glaciale était infernale. Free on a tout compris”, confie une DRH d’un grand groupe internet.

Le RH de Free a autorisé les 300 invités de l’ANDRH à se rassoir.

Ensuite il a voulu parler au téléphone, il a fait sortir toute la salle. Cela a duré 30 minutes. La cérémonie a été suspendue le temps que le RH de Free passe son appel. Le coup de fil terminé, il a redemandé à tout le monde de sortir pour discuter avec son équipe. Rebelote, toute l’assistance est ressortie. Après 10 minutes de discussion, le RH de Free a autorisé les 300 invités de l’ANDRH à rentrer et à se rassoir.

Il avait voulu licencier Xavier Niel, le grand patron en personne.

Les invités stupéfaits avaient entendu parler de ce RH, mais la majorité pensait que tout cela n’était des on-dit. “On m’avait dit qu’il avait voulu licencier Xavier Niel, pour faute grave. Soit disant que Xavier Niel avait les cheveux trop longs. Comme ils disent chez Free, il a voulu liquider le big boss. Je n’y avais pas crû, mais après avoir assisté à toutes ces scènes aujourd’hui, je pense qu’il a vraiment essayé de le faire. Vouloir licencier le grand patron, c’est balèze quand même. Un dur à cuire ce RH”, confie le manager RH d’une start-up lyonnaise. Ce chargé de RH a un tableau de chasse impressionnant. Il a mis à pied à titre conservatoire 3 de ses supérieurs hiérarchiques et licencié près de 800 personnes, dont 550 en une seule journée à lui tout seul. Les entretiens duraient 20 secondes en moyenne ce jour-là Un record dans le secteur des Ressources Humaines. Il est à préciser que ce collaborateur est chez Free depuis une semaine.

Il a prononcé son discours, entre deux licenciements par téléphone.

La remise des prix a finalement eu lieu en fin d’après-midi. Le DRH de Free a reçu son prix, il a prononcé son discours, entre deux licenciements par téléphone. Il en a profité pour faire déchoir le président de l’ANDRH de son poste et le remplacer par un adjoint de Free.

Fort heureusement pour Xavier Niel, le grand patron de Free, ce dernier n’a pas été licencié.

Reportage sur Free de Cash Investigation.

 

Crédit-photo : Pixabay, cc0. 

 

Partager.

1 Comment

  1. On en connait un autre qui dirige la RH d’un groupe informatique Américain à la Défense. Odieux, raciste, macchiste, il vire les gens. Sa vie va s’interrompre brutalement prochainement.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.