Bouteflika : “Si la France ne s’excuse pas pour le colonialisme, j’ordonnerai à tous les algériens de France de rentrer immédiatement en Algérie”.

Après des années de silence, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika s’est exprimé lors d’une conférence de presse à la télévision algérienne.

Il a enfin parlé. Depuis plus de dix ans, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika ne dialoguait que par l’intermédiaire des généraux ou de son médecin personnel, grâce à la méthode des clignements des yeux. Un clignement pour dire oui et deux clignements pour dire non. Mais apparemment, le dirigeant algérien va mieux.

Aujourd’hui 24 février, à l’occasion de l’anniversaire de la création, en 1956, de l’Union générale des travailleurs algériens, ainsi que celui de la nationalisation des hydrocarbures en 1971, le Président algérien a fait un discours et en a profité pour passer un message clair à la France. Il a officiellement demandé à la République française de s’excuser publiquement pour la colonisation de l’Algérie, ainsi que pour les événements de la guerre d’Algérie. “Que la France s’excuse immédiatement pour la colonisation. Faute de quoi, je me verrai contraint de demander à tous les algériens, franco-algériens compris, de rentrer sans délai dans leur patrie, l’Algérie. Cela concernera les travailleurs, les chômeurs, les étudiants, les mères au foyers, leurs enfants, ainsi que tous les clandestins. Cette décision, sous forme de décret, sera non négociable et non révocable. J’ai demandé ce matin aux autorités algériennes de détruire toutes les routes, les bâtiments et les barrages que la France a construit durant la période coloniale, ici dans notre territoire, regorgeant de pétrole et de gaz naturel. Les entreprises chinoises construiront vite et pour pas cher tout ce que nous aurons détruit par fierté et par dignité. Je précise que le voyage à toutes celles et ceux qui rentreront au pays sera offert par avion ou par ferry. J’ai également ordonné à Radio Orient et à toutes les radios orientales de ne plus diffuser de raï sur leurs ondes. Le couscous algérien, différent du succulent couscous marocain, ne sera également plus servi dans les restaurants. Notre couscous contient moins de variétés de légumes, moins d’épices et moins de viande, mais il ne sera plus disponible en France. Les joueurs franco-algériens de l’équipe nationale d’Algérie seront réquisitionnés d’office et ne joueront plus dans leurs clubs en France. Je vais demander aux autorités consulaires françaises en Algérie de ne plus donner de visas pour tourisme, affaire et soins aux ressortissants algériens pour aller en France. Nos hôpitaux publics ne sont pas adaptés aux soins, mais la fierté nationale mérite de ne pas se faire soigner ou se faire opérer”, a indiqué le président algérien, depuis son bureau à l’Hôpital Percy de Clamart.

“Le taux de chômage doit être très faible là-bas”

Suite à cette annonce, des milliers d’algériens et de franco-algériens ont déjà fait leur retour en Algérie. “Nous, on écoute notre président. J’ai démissionné alors que j’avais un CDI, j’ai aussi rendu mes papiers à la France et je rentre en Algérie dès demain. Je vais chercher du travail à Alger. Le Ministère de l’investissement, dans une publicité sur Raï TV, avait dit que l’Algérie est en pleine prospérité économique. Donc j’imagine que le taux de chômage doit être très faible là-bas, enfin j’espère”, confie un ouvrier franco-algérien résidant en France.

 

 

 

Crédit-photo : jorisamonen, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*