Agression d’un chauffeur Uber à Nantes : les VTC demandent la protection du puissant et redoutable syndicat des taxis.

Agressé par des passagers alcoolisés, un chauffeur Uber a, malheureusement, été roué de coups à Nantes, dans le stupéfiant quartier de Breil.

Vers 6 heures du matin, mercredi 15 août, un chauffeur Uber a été agressé par ses passagers alcoolisés. Les deux clients, initialement prévus, se sont transformés en 5 passagers. Alors qu’ils les prenaient en course, il leur a demandé de descendre de son véhicule, car ils étaient trop turbulents. Mais les zigotos ivres ne l’ont pas entendu de cette oreille. Ils ont roué de coups l’aimable conducteur VTC. “Ils viennent d’Ille-et-Vilaine et ils sont vilains, ceux qui ont frappés cet Uber. Ils ne nous ont pas habitué à ça les illevilains, les ilsonvilains, les illevilenois, bref, les habitants d’Ille-et-Vilaine”, précise un policier nantais.

“Nous avons empiété dans leur territoire”

“C’est dur de travailler quand les autres sont bourrés. Ce n’est pas tant le vomi sur les sièges de la voiture ou les chants tout pourris des passagers qui me gênent. C’est davantage l’envie de faire la fête et d’être, moi aussi, ivre comme un breton. Je suis un VTC, mais je suis un être humain. Moi aussi, j’ai envie de me bourrer la gueule, mais je ne peux pas. Entre mes 2 boulots et le job de VTC pour finir les fins de mois, je n’ai pas une minute à moi. Je travaille quand même 20 heures sur 24, pour payer mes costards de luxe et les traites de ma berline allemande toutes options. Je ne vais quand même pas rouler en Citroën, en Peugeot ou en Renault, comme les autres baltringues (taxis, nldr). Ce qui est arrivé à ce chauffeur nantais est inadmissible. J’espère que la justice condamnera avec sévérité les coupables. Mais d’ici là, nous, les chauffeurs VTC, demandons la protection du syndicat des taxis. Oui, je sais. Les relations entre les taxis et les VTC ne sont pas au beau fixe, loin de là. Les relations sont même épouvantablement mauvaises. C’est un peu normal, nous avons empiété dans leur territoire, à savoir toutes les artères de France et de Navarre. Mais ce n’est pas une raison. Il doit y avoir une solidarité entre nous, après tout. Taxis et VTC se font engueuler, à longueur de journée, par les automobilistes. Taxis et VTC ont des hémorroïdes causés par les heures passées à être assis. Bon, la différence, entre eux et nous, c’est qu’on branche nettement plus de clientes qu’eux. On a calculé, une fois, avec les collègues. Chez nous, les VTC, une course sur 4 finit au lit, avec nos clientes. Eux, leur ratio, est de 1 pour dix mille. Pourquoi, d’après vous, les chauffeurs de taxi se masturbent autant durant leurs heures de pause ?. Des fois, ils le font même pendant les longues courses, mais discrètement. Nous, les VTC, nous le faisons aussi, mais avec l’accord de la clientèle. Les chaudasses nous le demandent des fois. Il faut être respectueux de sa clientèle, quand même. Non ?”, me demande un élégant chauffeur Uber, dans son costume de grande marque, une luxueuse montre au poignet.

“Ils veulent aussi nos burnes dans la boîte à gants ?”

Le syndicat des taxis est outré par ce qui est arrivé au chauffeur Uber à Nantes, mais il n’a pas encore donné de réponde, concernant la demande de protection des VTC. Les membres du féroce et non moins redoutable syndicat des taxis, depuis leur siège syndical, situé dans un bar-tabac d’un quartier populaire de Montreuil, sont en pourparlers, avec les différents représentants des taxis de chaque région de France. “Les VTC poussent le bouchon un peu loin. Ils veulent aussi nos burnes dans la boîte à gants ?. Si je devais donner une réponse maintenant, je dirais à ces encul** (VTC, ndlr) d’aller faire un tour du côté du périphérique, pour voir si j’y suis. Mais, malheureusement, je ne suis pas le seul à décider. Cela dit, je désapprouve ce qui est arrivé à ce chauffeur Oubaire (Uber, ndlr). C’est injuste, en plus, la manière à laquelle il a traité par ces abrutis. Tu peux gueuler ou mordre pour nous demander d’arrêter notre véhicule, comme l’avait fait la parlementaire En Marche (Laëtitia Avia, ndlr), mais tu ne dois jamais frapper. Il y a des limites, quand même. Tu embarques des clients dans une très belle voiture luxueuse et ils te cassent la gueule ?.  A croire que tu les transportes dans une Simca. Quels ordures, ceux qui ont tabassé le VTC. En plus, je vais vous dire un truc. Il y a une concurrence entre nous, les taxis et les VTC. C’est de notoriété publique. Mais je reconnais que les chauffeurs VTC sont très courtois et aimables. Demandez-moi comment je le sais. Je vais vous le dire. Je les vois les VTC, quand ils baisent, gentiment et professionnellement, certaines de leurs clientes, les plus jolies en général. Je les vois souvent, garés impeccablement sur le parking ou sur la bande d’arrêt d’urgence du périphérique. Ils sont très courtois et prévenants les VTC. Si, ça, c’est pas du service client. Ça, au moins, personne ne le leur enlèvera. Mais attention, nous sommes aussi vigoureux, nous, les taxis. Mais vers la cinquantaine, on a la tête ailleurs. On pense davantage à notre retraite et à la manière à laquelle on va trouver un pigeon à qui refourguer notre licence de taxi, plutôt qu’à mater les beaux gros nichons des clientes”, précise un chauffeur de taxi.

“Nos licences ne valent plus rien”

Le comptable du syndicat des taxis demande du temps pour réfléchir posément. Il attend l’avis de ses mentors, basés en Sicile, à Shanghai, à Los Angeles et à New-York. “Les taxis sont une grande famille, dont les cousins sont dans le monde entier. Je tiens d’ailleurs à réprouver les rumeurs selon lesquelles le syndicat des taxis serait une mafia. Non, ce n’est pas le terme exact. Nous, les taxis, nous sommes plutôt un clan uni, qui ne se laissera jamais déposséder de ses territoires. C’est horrible, ce qui est arrivé à ce chauffeur Uber, à Nantes. Même mes cousins bretons ont été choqués. Et je peux vous dire qu’il faut énormément de violence pour choquer un gros gaillard breton de 180 kilos. Ils sont costauds et robustes les gars de la Bretagne. D’ailleurs, écrivez dans votre papelard, lejournalnews, que le syndicat des taxis demande le rattachement de la Ville de Nantes et de ses alentours, à la Bretagne. Nous n’aimerions pas avoir à casser des pouces. Nous évitons la violence, au maximum. Oui, il est vrai que certains chauffeurs clandestins ont été délestés de leur doigt à Orly, à Roissy ou dans d’autres aéroports du pays. Mais c’est un peu normal. Ces conducteurs ne sont pas des taxis, ils ne sont pas non plus des chauffeurs VTC. Ils n’ont aucune autorisation, aucun agrément et ils proposent aux gens de les transporter depuis l’aéroport ?. Non, ce n’est pas acceptable. Pour en revenir aux chauffeurs VTC, concernant la protection qu’ils nous demandent de leur assurer, les Uber et autres chauffeurs séducteurs de clientes charmantes, doivent comprendre qu’ils nous ont froissés. Malgré notre irritabilité derrière un volant et les queues de poisson que nous faisons chaque jour, ils doivent savoir que nous aussi, nous avons des sentiments, un amour-propre et surtout, un bout de gras à défendre. Nos agréments ne valent plus rien, à cause d’eux. Une licence de taxi coûte moins cher qu’une licence d’un salon d’esthétique, avec tout le respect pour le métier d’esthéticienne qui rend les gens moches, davantage baisables. Nos licences ne valent plus rien, que dalle, tout ça à cause des VTC. Mais attention, voir un VTC se faire casser la gueule est inadmissible. Notre syndicat en touchera un mot aux hauts fonctionnaires concernés. Il faut savoir que les hauts fonctionnaires ne se déplacent qu’en taxi, eux et surtout leurs familles. Ils ont peur que leurs femmes ne se fassent tringler par un VTC, sur la bande d’arrêt d’urgence du périphérique, comme c’est arrivé à de nombreuses reprises. Les femmes avaient à chaque fois dit la même chose à leurs maris. Elles aidaient les chauffeurs à nettoyer le vomi laissé par les clients ivres. C’est vrai selon moi. Il n’y a pas de quoi faire des scènes de ménage pour autant”, indique le comptable du syndicat des taxis.

Les chauffeurs Uber ont été rejoint par les VTC des sociétés Allocab, Chauffeur Privé, Taxify, Le Cab, AlloCab et d’autres compagnies de transports de personnes.

 

 

 

 

Crédit-photo : Pexels, cc0.

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.