Pécresse – Soyons libres : un élu LR tente de dérober la caisse du colloque de lancement.

Le colloque de lancement du mouvement “Soyons libres” qui se tient aujourd’hui à Argenteuil, près de Paris, a été victime d’une scène surréaliste.

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, est l’initiatrice du mouvement Libres ! (@soyonslibres). Il veut renouveler le logiciel de pensée politique des Républicains. Attaché aux valeurs, mais également à l’innovation, “Libres !” se veut un mouvement dans lequel les membres mettront le débat d’idées au cœur de la politique. les gens débattront et échangeront leurs opinions et leurs propositions. débattre mais pas dérober. Un élu en a fait l’amère expérience.

Vers 11 heures ce dimanche matin, un élu Les Républicains a été surpris la main dans le sac, ou plutôt dans la caisse du colloque. Il a tenté de voler le contenu servant à recevoir l’argent issu des ventes des boissons, sandwichs et objets publicitaires (t-shirts, tasses, fanions, agendas, pin’s…).

Le fripon a été interrogé par Patrick Balkany, chargé de la trésorerie du mouvement Libres !

Une militante, âgée de 86 ans a été témoin de la scène et en a avertit le service de sécurité. Le fripon a été interrogé par Patrick Balkany, chargé de la trésorerie du mouvement Libres !, cet élu a dit qu’il s’est référé au slogan et qu’il avait mal compris. “c’est marqué Soyons libres ! donc j’ai fait comme dans ma mairie, je me suis servi. Je ne savais pas que c’était interdit. Ils doivent préciser, au moins en petits caractères tout en bas”, précise le multi-récidiviste. En effet, il avait déjà commis le même genre de méfait durant le mouvement “Valeurs & Désinvolture”, lancé par François Fillon il y a 2 ans.

Conformément au règlement du parti Les Républicains, issu d’un article du code de déontologie du RPR, l’élu qui a tenté de voler la caisse du colloque a écopé d’un sous-avertissement. Il a ensuite tenu son discours sur les valeurs en politique, comme initialement prévu dans le programme du rassemblement.

Un membre du cabinet de Valérie Pécresse, ne voulant pas dévoiler son identité, a indiqué qu’une note interne sera envoyée aux participants pour les prochaines rencontres. Elle précisera les choses tolérées et celles qui devront être faites en dehors du colloque par les élus et membres du comité, en toute discrétion bien entendu, comme les emplois fictifs, les détournements de fonds, les passe-droits, favoritisme dans l’attribution des marchés publics, corruption passive, fausses factures, prises illégales d’intérêt, détournements de fonds publics, abus de confiance, financement illégal de campagnes électorales, recel d’abus de biens sociaux, fraude aux électeurs, achat de voix lors d’élections, blanchiment d’argent, faux et usages de faux…

Crédit photo : Blue Coat Photos, cc by-sa 2.0.

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.