Grèves et pannes de trains : la SNCF conseille aux voyageurs de partir dès maintenant pour les vacances de Noël.

Alors que les cheminots font une trêve de leurs grèves en série, en raison du palpitant feuilleton “Mélenchon VS Justice-Police-Gouvernement-Médias” diffusé en continu sur les chaînes info, la SNCF donne un précieux conseil, inédit dans toute la longue histoire ferroviaire française, à ses voyageurs.

Les usagers de la SNCF respirent un peu mieux depuis quelques jours. En effet, il n’y a aucune grève depuis le début de l’affaire Mélenchon, en référence aux déboires judiciaires du chef de la France Insoumise et ses frais de campagne présidentielle de 2017.

« Suivre les emmerdes du camarade-commissaire Mélenchon »

“Entre défendre nos droits et suivre les emmerdes du camarade-commissaire Mélenchon, le choix est vite fait. De toute façon, personne n’a la tête à faire grève, quand vous voyez votre héros subir d’injustes attaques et des immondes diatribes de la part de ses ennemis. Ça t’en bouche un coin qu’un gars de la SNCF utilise le mot diatribe, hein ?. On a tellement fait de grèves que tellement que je m’emmerdais, je me suis mis aux mots fléchés. Ça a du bon la grève, cérébralement parlant, j’ai appris plein de mots qu’utilisent ces enflures de bobos. Donc, comment voulez-vous gueuler des slogans hostiles à Macron et à son gouvernement provisoire quand vous avez la tête ailleurs ?. Je te le demande camarade-journaliste. Tu permets que je t’appelle camarade ?. Il n’y a que ces ordures de patrons du CAC 40 de mes deux que je n’appelle pas camarades. Ils n’auront pas cette honneur, de ma part en tout cas. Tu bosses pas pour Le Figaro, Valeurs actuelles, France Info ou LCI au moins ?. Sinon, je te parle même pas une seule seconde. J’exècre les médias de droite. Non ?. Ok. Donc, je disais quoi ? oui ça me revient. Donc, c’est pas possible ni syndicalement, ni socialement, ni même humainement parlant de faire grève alors que le camarade Mélenchon est dans la tourmente. Déjà, qu’en temps normal, il gueule et fait la tête, mais là, sa tension a dû passer à 40. Avant sa tension était de 30 en moyenne, c’est sa tension normale à Mélenchon. Donc, nous avons décidé, avec tous les syndicats, de faire une pause dans tous les mouvements sociaux en cours. Le temps de revoir Mélenchon lavé de tout soupçon de fraude ou de je ne sais quoi. Il n’a pas de casseroles notre Mélenchon national. Et puis, faire grève, ça dure toute une journée, alors que travailler ça nous prend 2 ou 3 heures par jour, dans les périodes à gros rendements. C’est bien marqué dans les accords syndicaux de 1936, pas plus de 3 heures de travail effectif. Elle était bien la gauche de cette époque, avec le défunt Front populaire. La gauche ne virait pas à droite, comme en 1983 ou 2012. Et puis, nous devons bien cela au camarade-révolutionnaire Mélenchon. C’est un brave travailleur notre camarade-commissaire et un vaillant défenseur des droits des ouvriers”, indique un cheminot, tout en visionnant BFMTV dans l’un de ses smartphones, LCI dans un autre et CNEWS dans le troisième.

« C’est le moment ou jamais d’être présent le soir de Noël »

Face au calme de ses cheminots, la SNCF conseille à ses voyageurs de voyager, dès maintenant, en prévision de leurs vacances de Noël. “C’est une décision rare, mais c’est aussi une période rare, depuis de nombreux mois. Il n’y a pas un seul préavis de grève émis par nos connards de cheminots. Nos infatigables souffre-douleurs de voyageurs doivent en profiter. C’est le moment ou jamais d’être présent le soir de Noël devant leur dinde au marrons et leur sapin. Qu’ils ne viennent pas rouspéter après, nous les avons prévenu. Écrivez bien ce que j’ai dit, mot pour mot, n’oubliez pas une seule putain de lettre. S’ils veulent fêter Noël le 24 au soir, qu’ils prennent leur train maintenant. Sinon qu’ils se préparent à fêter Noël en janvier. En plus, avec ce qui arrive à Mélenchon, je n’imagine même pas le blocage si leur héros est coffré par les juges. Cela ne sera même plus un blocage, même pas des grèves, ça sera le plus grand blocus ferroviaire de tous les temps, à l’échelle mondiale. Je pèse mes mots. Il ne faut jamais faire chier les cheminots. Ils savent rigoler, mais uniquement dans leurs piquets de grève ou quand ils savent que leurs avantages et leurs retraites sont épargnés. Les entreprises devront revoir les plannings de leurs employés”, suggère un responsable de la SNCF.

« La dinde sur un quai de gare par -15°, le 24 au soir »

Ce conseil inouï de départ pour Noël, alors que nous sommes en octobre, est affiché dans toutes les gares de France. Les usagers sont à la fois perplexes et médusés. “Ça fait pas un peu trop tôt pour partir en vacances de Noël ?”, demande un voyageur. Mais de nombreux passagers suivent l’avis de la SNCF et prennent leur train avec valises et sacs plein de cadeaux. “J’ai averti toute ma famille. Ceux qui ont des gamins ont fait le choix de ne pas les emmener à l’école d’ici fin décembre, mais dans la vie, il faut faire des choix. Soit tu passes le Réveillon de Noël bien au chaud, devant la cheminée, soit tu bouffes la dinde sur un quai de gare par -15°, le 24 au soir. Ça serait aussi dommage de fêter le nouvel an dans la salle d’attente de l’une des gares de France. Accueillantes gares, certes, mais gares quand même”, précise un usager déterminé à partir en vacances d’hiver alors que nous sommes encore en automne.

 

 

 

Crédit-photo : eagle77, pixabay, cc0.

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.