“Ich bin ein Berliner“, a affirmé le Coronavirus lors de la manifestation des anti-masques du 18 novembre à Berlin.

Le mercredi 18 novembre, Berlin a été le théâtre d’une scène sanitaire assez inouïe, alors même que la planète toute entière subit les foudres du cataclysmique coronavirus. Entre 10.000 et 20.000 personnes, venues de toute l’Allemagne, ont manifesté, dans une ambiance bon enfant, sans une once de gel hydroalcoolique ni un infime millimètre de distanciation physique, pour dénoncer le confinement et le port du masque recommandés par le gouvernement allemand. “Leur manifestation m’a coupé la soif. Je n’ai même pas pu terminer ma Münchener Oktoberfestbier (bière souvenir de la mythique Oktoberfest, ndlr) en prenant mon petit-déjeuner à la buvette du Parlement”, se désole un élu allemand.

“Dans une dictature,

ces anti-masques n’auraient pas mis le nez dehors”


A coups de slogans anti-mesures barrière et anti-vaccin obligatoire, les manifestants ont défilé dans les rues berlinoises, au détriment de toutes les recommandations du personnel de santé. Certains ont même été jusqu’à honteusement comparer ces mesures sanitaires vitales à des lois nazies ou dictatoriales. “Ça se voit que ces petits cons (manifestants, ndlr) n’étaient pas dans un camp de concentration nazi, heureusement pour eux, soit dit en passant”, a tenu à faire savoir une rescapée de la Shoah. “Je pense pareil que la gentille mamie. Moi, mon dictateur m’avait enfermé 20 ans dans une cave, avec pour toute compagnie que les cafards qu’il y avait dans ma cellule. Les manifestants anti-confinement disent n’importe quoi quand ils comparent l’Allemagne actuelle à une dictature. Dans une dictature, ces anti-masques n’auraient pas mis le nez dehors”, prévient un opposant politique qui avait eu le malheur de réclamer une presse libre et indépendante dans son pays.

“Ça nous colle à la peau

comme le gros sel se cramponne à un bretzel”

“Tata Merkel (Angela Merkel, ndlr) est bienveillante, certes, et c’est très aimable de sa part de nous vouloir nous protéger, mais là : c’est trop. Nous sommes en démocratie tout de même. Si je n’ai pas envie de porter un masque, c’est mon droit. Si je prends le risque de crever volontairement comme une merde, personne ne doit m’ôter ce droit. Pareil si je contamine des innocents qui n’ont pas demandé à aller rendre visite à Saint-Pierre, tout là-haut. Et puis, voilà où ça nous mène, cette image de rigueur et de sérieux que les gens ont de nous, les allemands. Ça nous colle à la peau comme le gros sel se cramponne à un bretzel. Nous sommes de rebelles, malgré les apparences. Il y en a marre des a priori sur la soi-disant rigueur allemande, sacré nom d’un vêtement mal repassé avec des plis inesthétiques. Les gens nous voient comme des personnes soigneuses et méticuleuses, à la limite des maniaco-obessionnels-compulsifs, mais pas du tout”, prévient un bavarois, tout en essorant l’eau projetée par les canons à eau sur le trottoir, avant de lui demander de lui passer le balai raclette qu’il avait apporté avec lui pour la manifestation anti-masques géante de Berlin.

“Continuez les gars !”

Un acteur de taille microscopique a tenu à mettre son grain de sel dans cet événement qualifié de “suicide collectif” par le CEO d’une célèbre secte.

“Il a raison de gueuler le bouffeur de saucisse (francfortois, ndlr) qui est en train d’essorer l’eau par terre. Obliger les citoyens à mettre un masque, c’est comme contraindre quelqu’un à boire une bière tiède. C’est purement insupportable”, analyse le coronavirus. Il ajoute : “La manifestation de Berlin m’a mis les larmes aux yeux, tellement c’était beau et touchant à la fois. Je suis fier de dire que ‘Ich bin ein Berliner’ (Je suis un berlinois, ndlr). Continuez les gars !, je suis si fier de vous. D’ailleurs, je le leur ai dit lors de cette magnifique manifestation de mercredi. Leurs applaudissements m’ont fait chaud au génome.”

“Ich bin ein gros connard d’inconscient,

il aurait dû dire, oui”

Les virologues interrogés ne partagent pas cet avis. “Sérieusement ? Ce coronavirus de mes deux a dit ‘Ich bin ein Berliner’ ? Ich bin ein gros connard d’inconscient, il aurait dû dire, oui. Les gestes barrière sont essentiels, sinon, c’est direction l’intubation, suivie de plusieurs mois sous respirateur. L’intubation, dans le meilleur des cas. Pour les non-chanceux, c’est aller simple pour la morgue. En plus du coronavirus qui salue leur manif, les manifestants sont également inconscients de refuser de porter un masque dehors. Qu’ils défendent leurs libertés individuelles, c’est leur droit. Mais ils peuvent au moins se soucier de la liberté de vivre des personnes qu’ils risquent de contaminer”, supplie un éminent scientifique, tout en s’arrachant le peu de cheveux qu’ils lui restent.

 

Crédit-photo : pxhere, cc0.

 

Partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!