L’UE fixe le taux de nitrites ajoutés à 80% maximum de chaque tranche de jambon pour lutter contre le risque de cancer.

Les industriels en charcuterie et plats préparés usent et parfois abusent de nitrites et injection de saumure. Aussi, l’Union Européenne a décidé de fixer des limites à leurs pratiques en encadrant sévèrement les taux de produits ajoutés.

Le débat sur les nitrites ajoutés et les risques sanitaires font rage au parlement européen. L’ajout de produits, non présents naturellement, dans les aliments et produits préparés ont des objectifs divers : conservation, coloration rose (jambon et autres charcuteries), augmentation du poids et du volume… Mais certains industriels outrepassent les règles déontologiques de la profession et les conventions sanitaires. Les conséquences pour l’être humain peuvent aller des fous rires au risque de cancer, en passant par les hallucinations, selon des études récentes.

“Avec nitrite ajouté, seuls 10% de la charcuterie était constituée de viande”.

Face à cette situation, l’UE a organisé une réunion extraordinaire pour instaurer des barrières plus strictes aux pratiques des industriels. Ainsi, le comité législatif de l’Union Européenne a voté, à la majorité, pour fixer un taux maximum de nitrite et de saumure ajoutée de 80%. “Avant le taux était en moyenne de 90%. Sur une tranche de jambon, avec nitrite ajouté, seuls 10% de la charcuterie était constituée de viande. Nous avons mis le holà car les consommateurs avaient l’impression de manger une bouillie et non plus une tranche de jambon ou de dinde”, souligne un élu européen, ancien lobbyiste repenti. Il ajoute, “les charcutiers traditionnels ne sont pas concernés par cette loi. Je vais vous faire une confidence que tout le monde sait déjà, les artisans charcutiers sont trop honnête. Ils ont du cœur ces gens-là. Ils sont passionnés”.

“Affectés moralement et surtout financièrement par cette décision”.

Le Parti des Lobbys Européen compte faire appel de cette décision. “Cette loi est injuste. Il y a des nitrites présents naturellement dans les aliments, alors en ajouter ne constitue pas un risque. Cela réduira notre résultat net de 0.05%, ce qui est impensable dans le secteur industriel. Ceux qui ont voté cette loi ont-ils pensé aux actionnaires et aux riches industriels qui seront affectés moralement et surtout financièrement par cette décision ? Je ne pense pas”, rage un membre du parti en charge des intérêts des industriels spécialisés en ajouts de nitrite.

 

Crédit-photo : Jai79, pixabay, cc0.

 

 

Partager.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.